Politique

Election présidentielle : Soir d’élection à Tours

Hier soir, les Français ont propulsé Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour des présidentielles. Un duel inédit sous la Vème République. Les deux grands partis de gouvernement, PS et LR, se seront pas pour la première fois depuis 1965 au rendez-vous pour le deuxième tour.

19h30 H-30 minutes avant les résultats officiels. Les macronistes tourangeaux arrivent au fur et à mesure au lieu branché, le Hangar à la Riche. De larges sourires s’affichent sur les visages. Beaucoup croient aux sondages belges qui donnent Emmanuel Macron au deuxième tour.

Philippe Chalumeau arrive. Il est 19h45. Au revers de sa veste, un pin’s EM bleu, blanc rouge. Ça discute dans les couloirs et dans le jardin… Les indiscrétions des sondages tombent… Ils confirment les sondages.

DSC_4535

19h45. Au siège du PCF d’Indre-et-Loire, rue Bretonneau à Tours, les militants arrivent. Beaucoup de jeunes communistes sont présents, la dynamique de la campagne de Jean-Luc Mélenchon ces dernières semaines leur procure beaucoup d’espoir. « L’attente commence à être intenable » commente Léonard Léma, désigné candidat aux Législatives sur Tours par son parti.

20170423_194452

A 150 mètres de là, d’autres soutiens de Jean-Luc Mélenchon, les Insoumis, se sont donnés rendez-vous dans un bar de la rue du Grand Marché, ici aussi on y croit et l’attente se fait longue.

19h55. Plus d’une centaine de macronistes sont réunis dans la grande salle du Hangar. Sur un écran géant, TF1 en arrière fond crache ses commentaires.

DSC_4543

19h56 On parle d’En Marche à la télé…. Ici, ça siffle, ça hue… On a hâte de connaître les résultats…

20h00. Les sourires sur les visages s’affichent. On scande « Macron President ! » Avec plus de 23 %, il devance de plus d’un point Marine Le Pen. Philippe Chalumeau exulte, il prend la parole : « un grand merci à vous marcheurs ! »

DSC_4556

Pour Françoise Amiot qui a rejoint le mouvement après sa démission du Conseil Municipal de Tours, « c’est la victoire du progrès, c’est un vrai renouvellement de la vie politique ».

Dans la salle, des jeunes macronistes. « Ce fut une campagne incroyable » déclare l’un des responsables jeunes…

20h00. Chez les Insoumis c’est la douche froide. Aussitôt les noms des deux candidats s’afficher sur l’écran, que l’abattement se forme sur les visages.   Les voix cumulées de Mélenchon et Hamon arrivent à 25%… « Hamon traître c’est de ta faute si on a perdu » entend-on en cri de colère.

Au siège du Parti Communiste, la défaite est dure à digérer également. Quelques militantes pleurent. « Franchement tu me vois aller voter Macron ? C’est pas possible » se désole un jeune militant. Du côté de Fabien Coste, le Premier Secrétaire départemental : « Oui on est déçu mais il y a eu une campagne dynamique, avec une bonne mobilisation des électeurs et des citoyens. Il faut que l’on se serve de cette campagne comme socle pour demain. Nous allons discuter avec la France Insoumise pour les Législatives ».

20h22. Siège des Républicains de Tours… Cinq militants, aucun élu (la plupart sont encore dans les bureaux de vote) et trois journalistes. Triste soirée. Le tenant des lieux est presque gêné.

DSC_4584

20h45. 1er étage de la brasserie Le Continental, place Jean Jaurès. Les militants FN sont réunis. François Fillon apparaît à l’écran. Une militante se tient à côté de son mari : « Tiens regarde-le ! Il fait la gu…. !« 

DSC_4606

Pas question pour les militants de répondre aux journalistes tant que les élus ne se sont pas exprimés et ne sont pas arrivés. Veronique Péan, la patronne du FN d’Indre-et-Loire se fait attendre… Pendant ce temps, une journaliste de France Bleu Touraine a des mots avec une militante qui refuse de s’exprimer au micro. Le trésorier de la fédération vient à notre rencontre : « Il n’y a que Véronique Péan qui peut s’exprimer. Vous ne pouvez pas interroger nos militants !« . Une discussion s’engage… Elle est houleuse. Notre photographe se fait traiter « d’ordure »… Malgré le discours de dédiabolisation, l’ambiance peu amicale qui règne rappelle que le parti frontiste n’est pas un parti comme un autre…

20h45. On dépouille les derniers bureaux de vote de l’Hôtel de Ville de Tours. La salle est vide et l’ambiance triste en ce soir d’élection. Peu de Tourangeaux se sont déplacés.

    20170423_205114

21h10. Marine Le Pen s’exprime :  » Vous m’avez porté au second tour de l’élection présidentielle… Un grand débat va avoir lieu… il est temps de libérer le peuple français, je suis la candidate du peuple !«  les militants tourangeaux applaudissent…

DSC_4596

21h30. Stanislas de la Ruffie, conseiller régional FN répond à nos questions. Il réagit à la victoire de la présidente du Front National : « Je suis très satisfait compte tenu du taux de participation. Je suis confiant car il y a d’un côté la candidate du peuple et de l’autre un candidat de la mondialisation. J’appelle les militants de Nicolas Dupont Aignan et de Fillon à nous rejoindre ! »

DSC_4614

22h00. Hôtel de Ville de Tours. Jean Patrick Gille parle : « J’irai voter Macron. Nous, dans la candidature de Benoit Hamon, il y a eu une fuite vers Mélenchon car beaucoup de militants y croyaient. »

Et l’avenir du PS ? « C’est plutôt l’avenir de nos idées. Mais cela n’invalide pas les thèmes portés par Benoît, le social et l’écologie« . La défaite est lourde pour le député de Tours.

« Ce résultat n’est malheureusement pas une surprise » commente de son côté un adjoint de la ville de Tours, le visage des mauvais jours. Pour la première fois de l’histoire de la Ve République, la droite ne sera pas au second tour…

Pierre Commandeur, élu à Tours et soutien d’Emmanuel Macron : « je suis satisfait du résultat d’Emmanuel Macron mais triste de voir le FN au deuxième tour. Il faut maintenant rassembler une large majorité sur un projet, il ne suffit pas de dire qu’il faut faire barrage au FN »

22h30. De retour à la soirée Macroniste. Emmanuel Macron s’exprime à la télévision. Deux cents militants écoutent attentifs : « Le combat commence ce soir et nous le gagnerons… Vive la République, vive la France ! ».

DSC_4635

Emmanuel Macron a deux semaines pour valider l’essai. Dans la salle, on crie « On va gagner ! On va gagner !« . On s’embrasse, on rit, on boit…

23h. Dans les rues de Tours, depuis 22h, environ 200 militants de gauche radicale manifestent aux cris de « Ni Macron, Ni Le Pen ». Vers minuit le cortège se disperse.

DSC_4659

Textes : Arnaud Roy et Mathieu Giua / Photos : Pascal Montage

Print Friendly, PDF & Email