Politique

Ce sera Hamon-Valls au second tour des primaires de gauche…

19h30. Ambiance tendue hier soir au QG du PS d’Indre-et-Loire. Difficile d’avoir des résultats avant que tous les présidents de bureaux ne ramènent l’ensemble des listes d’émargements des 66 bureaux tourangeaux. Il y avait hier soir, rue de la Fuye, plus de journalistes que de militants, même les paquets de chips étaient périmés…

C’est en présence d’un huissier qu’au premier étage tout se joue. La présence d’un officier ministériel montre que chaque voix, chaque bulletin ne peut faire l’objet d’une réclamation ou d’un doute.

20h00. Tous les résultats sont gardés au secret. Sur les chaînes de télé, les leaders de la gauche se succèdent. Le match est en train de se jouer. Hamon est largement devant, Valls et Montebourg au coude à coude. Les journalistes piétinent, attendent. Peu sereine, la fédération socialiste du 37 semble pratiquer la rétention d’informations.

20h30. Benoît Hamon confirme son avance. Les premiers présidents arrivent cartons et enveloppes cachetées sous le bras. Rien n’est communiqué par téléphone.

… n’en déplaise aux patrons du PS tourangeau.

20h45. 35% pour B. Hamon au niveau national, 31% pour M. Valls. Nicolas Gautreau, élu PS à Tours, soutien de Manuel Valls, arrive le sourire aux lèvres : « J’ai tellement entendu de choses ces derniers jours ». Le voilà rassuré. Pierre Commandeur, conseiller régional UDE et soutien de Jean-Luc Bennahmias, fait son entrée dans la fédération : « je voterai probablement Manuel Valls au second tour ». Chez les partisans d’Arnaud Montebourg, c’est la douche froide. Une élue lance « pour moi, ce sera Hamon ! ».

IMG_2144Nicolas Gautreau, soutien de Manuel Valls (c) Mathieu Giua

Une question se pose. Comment la tête du PS tourangeau va gérer la chose ? De tendance très Montebourienne, le sourire est de façade. Francis Gérard accuse le coup. Vincent Tison, leader de l’opposition socialiste à Joué-lès-Tours et soutien de Benoît Hamon, « les Tourangeaux se sont reconnus dans les idées novatrices de Benoît Hamon. C’est bien ». Le député de Tours, Jean-Patrick Gille, lui ne se positionne pas, « le deuxième tour va être compliqué ! ». Il pourrait voter blanc.

21h00. Les élus et militants investissent un peu plus la permanence de la rue de la Fuye. Wilfried Schwartz, maire de La Riche vient d’arriver, « Montebourg est deuxième sur ma ville, je voterai Benoît Hamon sans hésiter ». Pour Cécile Jonathan, élue d’opposition à la ville de Tours et soutien de Vincent Peillon, « je ne sais pas ce que je voterai. Mais Manuel Valls a quelque chose d’anxiogène et en même temps il a une vraie stature de présidentiable ! ».

IMG_2139Vincent Tison, soutien de Benoît Hamon (c) Mathieu Giua

21h30. Point Presse du PS aux journalistes. « Sur 42 bureaux à cette heure, 10670 votants, Valls à 31,14%, Montebourg 20,81% et Hamon 35,57% » annonce Franck Gagnaire secrétaire départemental adjoint du PS 37. Pour Mohamed Moulay, vice-président au Conseil Régional et soutien d’Arnaud Montebourg, « Je suis déçu du score d’Arnaud et je soutiendrai B. Hamon au second tour dans un rapprochement de l’aile gauche du parti. 1,7 millions d’électeurs est un score faible à mon sens. Le score de Valls est un camouflet pour l’ancien premier Ministre ». A côté de lui, Vincent Tison répond à nos confrères de TV Tours et critique la candidature d’Emmanuel Macron.

IMG_2145Franck Gagnaire, premier secrétaire fédéral adjoint (c) Mathieu Giua

Dans les discussions de couloir, partout c’est haro sur Emmanuel Macron. La candidature de l’ancien ministre des finances agace et fait peur aux socialistes.

23h30. Les résultats définitifs en Indre-et-Loire. 16990 personnes se sont déplacées dans le département pour voter à cette primaire. Les votes du département suivent la tendance nationale. Benoît Hamon arrive en tête avec 36,31% des voix. Manuel Valls arrive en deuxième position avec 30,84%. Le grand perdant du soir Arnaud Montebourg recueille 19,82% des suffrages exprimés dans le département. Puis viennent Vincent Peillon (6, 59 %), François de Rugy  (3, 71 %), Sylvia Pinel (1, 71 %) et Jean-Luc Bennahmias : (0,98 %).

Print Friendly, PDF & Email