Culture

Théâtre Olympia, dénicheur de talents

Le Théâtre Olympia annonce le lancement de nouvelle saison culturelle qui démarrera dès juillet. Le directeur Jacques Vincey et son équipe ont concocté une programmation originale et dense. Après « jouer » et « oser », le centre dramatique a choisi le thème « rêver » pour fil conducteur de ses représentations dans lesquelles la jeune création sera davantage mise en avant.

DSC_5286-1024x680(c) Laurent Geneix

« Rêver, c’est transformer le réel et le comprendre, c’est admettre le rêve et l’irrationnel, c’est élargir son esprit pour mieux se réconcilier, » explique Jacques Vincey avec ses lunettes rondes et sa voix calme. Le thème de l’évasion donc mais ancré dans la réalité, à l’image de son théâtre qui désire voir les choses en grand, un peu plus. Passée sous label national, la scène de la rue de Lucé affiche un bilan très positif et attire chaque année environ deux mille spectateurs de plus. C’est d’ailleurs un des objectifs fixés pour l’horizon 2018 par son directeur : décloisonner le théâtre et élargir le public aux moins de trente ans qui ont tendance à bouder les planches. Jacques Vincey le sait : « Il est vrai que le monde du théâtre souffre d’une réputation élitiste et intellectuelle. Il faut que les jeunes prennent plaisir à venir. On rêve bien tout seul mais on rêve mieux ensemble. » Fort de son succès, cette esprit d’ouverture lui vaut de prolonger Und, spectacle maître de la saison dernière, notamment au théâtre Déjazet à Paris, preuve de la volonté de rayonner au niveau national.

IMG_6464-e1452470432533Jacques Vincey – image d’archives (c) Mathieu Giua

Dans le théâtre Olympia résonnent des airs de saxophone. On entend scander des textes. On entend les deux qui s’entremêlent. Le directeur s’en amuse : « Ceci ? Ces sont les JTRC qui répètent avec les jeunes de Jazz à Tours pour la présentation de vendredi. » Demain à 18 heures, une « conférence de présentation » ouverte au public aura lieu dans l’enseigne. L’occasion pour les Tourangeaux de voir en représentation ces fameux JTRC, Jeune Théâtre en Région Centre-Val de Loire. Ils sont au nombre de sept et sont la fierté de Jacques Vincey. Venus des grands centres de formation en art dramatique, aussi bien comédiens que techniciens, ils bénéficient de deux années de résidence au sein du théâtre qui leur permet de travailler avec les metteurs en scènes et d’avoir leur festival dédié, le WET, reconduit pour une troisième année avec  trois jours en mars 2018 où les jeunes talents émergents joueront leurs créations. « Ce dispositif est unique en France. C’est une manière d’orienter notre vision vers la jeune création, de lui donner des moyens pour pousser la réflexion. Ils sont le théâtre de demain. Rêver, c’est préparer l’action, » explique le directeur, « on accueille d’ailleurs un huitième JTRC, tourné vers la production. » Lieu de passage mais aussi lieu de passeurs, de la transmission des connaissances, qui fait des JTRC des acteurs incontournables de la culture dans le département et la région, notamment avec les « samedis au théâtre » organisés avec les centres sociaux, afin de décentraliser leur pratique.

Ils auront donc l’occasion, plus que les années précédentes, d’apprendre au plus près des dramaturges qui vont se succéder. Et ils auront du travail : début de saison avec Le Marchand de Venise de Shakespeare, mise en scène par Jacques Vincey, le Cid de Corneille par Yves Beaunesne ou encore La Pomme dans le noir de Clarice Lispector. Une saison riche en interdisciplinarité s’annonce mais aussi en curiosité. C’est d’ailleurs dès le 6 juillet qu’elle commence avec Stadium du génial Mohamed El Khatib (dont l’exposition au musée des Beaux-Arts se prolonge jusqu’à dimanche), en exclusivité au théâtre, une pièce hybride et grand format qui se propose de répondre à une question : quel est le meilleur public entre celui des stades et celui des théâtres ? Avec une telle programmation, il y a fort à parier que la qualité du public sera du côté du théâtre Olympia, une nouvelle fois.

Un degré en plus :

> le site du Théâtre Olympia

Print Friendly, PDF & Email