Culture

#TDS2015 – Dog Guilty Party, rock athlétique et participatif

Si ça vous manque de voir un guitariste à l’ancienne (mais jeune) sauter dans la foule, tendre le micro aux spectateurs des premiers rangs, enlever sa chemise à mi-concert (dans 6 mois, il l’arrache) et regrimper plusieurs fois sur scène comme un hamster dans sa roue, il fallait voir l’adrénaline communicative de ce quartet devenu trio en raison du coup de mou de Clément le 4e mousquetaire.

Vous avez peut-être entendu la blague qui circule dans le milieu musical tourangeau : «Vous savez comment on sait que les Dog Guilty Party ont des puces ? – Bah, non. – Bah, parce qu’ils ont la guitare qui les démange.»

Le Village a chauffé avant l’heure ce dimanche, puisqu’il était 17h58 quand les DGP ont quitté la scène à regret, laissant un parterre de festivaliers en sueur et visiblement conquis par la ferveur tourangelle, cousine lointaine mais néanmoins bien-aimée de sa cousine la douceur. On a même eu droit à un inédit, «Wake me up», un mélange Blur/Nirvana joué en 45T au lieu de 33, ainsi qu’à leur cover désormais mythique de «Ghostbusters».

Si je vous dis «fantôme» ? Si je vous dis «chasseurs ? Vous me dites Dog Guilty Party. Un groupe qui a du chien. Gros, le chien.

Un degré en plus

> Le 7 août à La Guinguette de Tours-sur-Loire

CSC_4393

CSC_4392

CSC_4344

CSC_4333

CSC_4330

Print Friendly, PDF & Email