Culture

Sapiens Sapiens : «Le groupe de vieux qui plaît aux jeunes»

Les deux compères de la scène tourangelle «dansante» (on en a marre de l’étiquette usée «électro», c’est pas très glop) ne cessent de conquérir les foules et après quelques concerts mémorables cette année (Temps Machine, Potager Electronique, Nadir à Bourges, Astrolabe à Orléans, Terres du Son…), les voilà au boulot pour finaliser leur premier album. On leur a fait boire du punch dans l’espace pro de Terres du Son et entre deux infos sérieuses, on a finalement réussi à leur faire dire n’importe quoi.

DSC_4364

37° : L’idée des remixes de «Trash», c’est venu comment ?

Sapiens Sapiens : C’est Charlie un pote à nous qui nous aide sur les idées, le développement, qui est un peu le coordinateur du groupe, qui nous a dit «moi, je peux demander à des potes de faire des remixes». On connaissait déjà personnellement Weshokids, mais pas les autres, donc ça a été l’occasion de les rencontrer «physiquement». Janski Beeeats nous avait vus au Temps Machine, il avait bien aimé et du coup c’est avec grand plaisir qu’il s’est prêté au jeu du remix.

 

37° : On imagine bien un bon vieux pressage vinyle de cet EP qui est une grande réussite…

Sapiens Sapiens : Oui, ce serait chouette en effet, mais ça coûte vraiment cher, aux alentours de 1500/2000 euros pour 500 exemplaires. On va avoir des subventions prochainement, donc pourquoi pas en utiliser pour ça… Mais ça reste un risque à notre avis, c’est vrai qu’il y a un vrai retour du vinyle, mais tout le monde n’est pas encore équipé.

 

37° : Vous réussissez à être rémunéré pour chaque concert ?

Sapiens Sapiens : Oui, quasiment. On s’estime plutôt bien lotis car on n’a que deux ans d’existence, donc c’est bien.

 

37° : ça fait quel effet de faire partie de la scène émergente tourangelle tout en étant parmi les musiciens les plus âgés ?

Sapiens Sapiens : (rires) oui c’est vrai qu’on est un peu «la calvitie naissante de la scène tourangelle naissante». Bon on ne s’enflamme pas trop. C’est vrai qu’on a quasiment le même âge que les mecs d’Ez3kiel alors que leur groupe a 20 ans… On a pris du retard en quelque sorte. Mais on a un public assez jeune, et jusqu’à maintenant ça n’est jamais arrivé que des spectateurs se plaignent et disent «hé c’est l’arnaque, merde, des vieux cons sur scène, remboursez-nous !»

 

37° : Bon ce premier album, ça vient ou pas ?

Sapiens Sapiens : C’est enregistré et prêt depuis longtemps. Mais finances obligent, il n’est pas encore sorti. Nous voulons une sortie physique. Il nous reste à mixer, masteriser et presser. On pense être prêt fin 2014, début 2015.

 

37° : Vous avez des dates de concert prévues à l’automne ?

Sapiens Sapiens : Pas encore, mais on veut aller vers l’extérieur de la région Centre. On sait que c’est un travail de longue haleine, qu’il faut aller vers les gens, beaucoup travailler, mais on en a très envie. Virginie de la Petite Boîte qui Monte nous accompagne depuis un plus d’un an maintenant et son travail à nos côtés commence à payer. Elle travaille notamment sur la recherche de dates, quelque chose d’essentiel pour avancer.

 

37° : Vous avez déjà joué sur la plupart des scènes régionales «importantes», c’est quoi la prochaine étape ?

Sapiens Sapiens : En région, nous avons eu de belles dates c’est vrai, mais pas beaucoup de concours et résidences. D’un autre côté, nous n’avons pas forcément envie de mettre trop d’énergie dans des «compétitions» où on se prend des vents et où on se démoralise, c’est sans doute «la sagesse de l’âge». On va surtout se laisser porter par ce qui se passe, voir venir tranquillement.

> La page Facebook de Sapiens Sapiens : aimez-la, elle vous le rendra 😉

> La page Inrocks Lab de Sapiens Sapiens

 

Crédits photos : Mathieu Giua et Ultra-Skimming Touraine pour 37°

Print Friendly, PDF & Email