L'actualité Tourangelle à la bonne température
ArticleA la uneCultureInterviews

Rock The House : une première encourageante

Le festival co-organisé par Béton Production, Az Prod et Tours Evenements L’occasion de faire un petit bilan avec Enzo Petillault de Béton.

3l2a9531

« C’était une belle fête avec une ambiance au top » annonce Enzo Petillault quand on lui demande son ressenti sur la première édition de Rock the House, qui s’est tenu samedi 11 novembre au Parc des Expositions de Tours. Un nouveau rendez-vous co-organisé par Béton Production, Az Prod et Tours Evenements avec une ambition certaine : faire de ce festival d’hiver, un rendez-vous incontournable dans les années à venir.

Après Allotropiques de l’ASSO lancé en début d’année, les festivals d’hiver ont donc la côte dans l’agglo. Il faut dire que si les festivals extérieurs en été sont légions, il est vrai que l’offre hivernale était elle jusque là plutôt légère. Avec un rendez-vous en fin d’année (Rock The House) et un se tenant en début d’année civile (Allotropiques), voici donc l’erreur réparée.

Oui mais il ne suffit pas de vouloir lancer un nouvel événement et de l’habiller d’originalité et de têtes d’affiches (Mome, Georgio, Razo Light pour cette édition de Rock The House) pour que la mayonnaise prenne immédiatement, y compris quand on est des acteurs reconnus de l’événementiel culturel comme là.  Un constat que notre interlocuteur sait pertinemment : « Ce n’est jamais évident d’installer un nouveau festival, cela prend généralement quelques années »

3l2a9364
1547-23

C’est pourquoi, si en terme d’affluence, l’objectif des 4000 spectateurs n’est pas atteint avec 2200 entrées, Enzo Petillault se veut malgré tout positif : « Certes on est un peu déçus parce qu’on attendait mieux, mais cela n’a pas affecté l’ambiance, au contraire le public présent semblait très satisfait, à la fois des concerts, mais aussi de la scénographie ».

Avec une cible jeune public (18-25 ans), le tarif, entre 25 et 35 euros la soirée, a pu en freiner certains. « Nous sommes dans les prix de ce type de festivals un peu audacieux, avec une belle scénographie, une programmation dense… Tout cela a un coût. On sait que le tarif n’est pas anodin mais c’est le prix d’un événement de qualité » tempère Enzo qui note également que certains ont cru que l’événement se tenait en extérieur et ne sont pas venus. « On ne sait pas d’où est venue cette info ».

3l2a9489
3l2a9555

Pour autant, la soirée est loin d’être négative, poursuit Enzo dans son bilan. « Ceux qui étaient là ont eu l’air de passer un très bon moment. AZ Prod qui a imaginé la scénographie a fait notamment un très beau travail pour rendre les deux halls chaleureux, niveau artistique il y a eu de très bons moments, que ce soit dans le Hall A avec les Djs ou dans le Grand Hall avec les têtes d’affiches, les navettes ont bien marché aussi… On peut dire que c’était une bonne première édition ».

Et Enzo d’imaginer la suite avec pourquoi pas une seconde édition, peut-être sur plusieurs jours. Une décision qu’il faudra prendre avec l’ensemble des partenaires : « On va se revoir et faire un bilan complet en mettant tout dans la balance et on décidera après, mais la volonté est là ».

3l2a9385
3l2a9374

Crédits photos : Patricia Pireyre et James Techer