Culture

Michel Audiard se livre à l’hôtel Gouin

L’exposition « Retrospective-Introspection » consacrée à Michel Audiard à l’hôtel Gouin est prolongée jusqu’au 20 août. A voir

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Doit-on encore présenter Michel Audiard en Touraine ? L’artiste est ici chez lui et y a distillé ses œuvres un peu partout, habillant parcs, rond-points et espace public en général, mais aussi espace privé. De lui, souvent on retient ses « passages », des découpages au laser sur plaques, visibles ici et là, à Saint-Cyr-sur-Loire ou aux Prébendes… Souvent des figures historiques de Churchill à De Gaulle en passant par Léopold Senghor ou encore Mick Jagger… On connaît de lui aussi ses strates, dont le rhinocéros visible devant la gare ou l’ours Pompon… Artiste VIP, Michel Audiard c’est aussi le créateur de stylos, plus de 3000 réalisés, dont environ 70 pour des Chefs d’Etat, ou encore la Femme-Loire, projet finalement avorté mais qui fit tant causer…

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Le visiteur est immédiatement plongé dans le vif du sujet avec un rhinocéros en résine se dressant face à lui dans la cour de l’hôtel Gouin en guise d’accueil, tandis que sur la façade, des anges posés se fondent dans l’architecture renaissance des lieux. On retrouve ici la patte de Michel Audiard, artiste aimant jouer avec les contrastes.

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Des contrastes, il en est question dans cette exposition retraçant à la fois la face publique de cet artiste, avec ses œuvres imposantes ou à l’inverse minuscules, du bronze patiné aux œuvres colorées… Mais aussi une partie plus intime, celle relevant de l’histoire personnelle de l’artiste. La partie introspection revient ainsi sur l’épisode de l’incendie ayant ravagé une partie de ses ateliers l’an dernier et dans lequel Michel Audiard a perdu une partie de sa collection personnelle, notamment des œuvres d’art primitif africain. C’est la partie de cette collection, qui garde les stigmates du désastre, qu’il présente aujourd’hui pour la première fois au public. Des œuvres qui prennent un sens particulier : « l’art ne meurt pas » semblent-elles dire abimées par le feu.

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

La mort de l’art et des œuvres, un thème fortement présent dans cette exposition, puisque Michel Audiard y présente également ses Vanités, des bustes moulés sur le modèle et selon les canons esthétiques des statues grecques antiques, peints par Catherine Barthélémy d’après des oeuvres d’artistes contemporains, et surmontés de têtes imaginaires. Des vanités qui reprennent le thème du « Memento mori » : souviens-toi que tu mourras !

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Au total ce sont ainsi près de 100 œuvres qui sont exposées dans la cour et à l’intérieur de l’hôtel Gouin. Une exposition qui a déjà attiré plus de 10 000 visiteurs et qui est prolongée jusqu’au 20 août prochain (ouverture du jeudi au dimanche de 14h à 19h). Après celle de Philippe Lucchese, voilà de quoi affirmer un peu plus le devenir de l’hôtel Gouin en lieu d’exposition majeur à Tours.

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Retrispective Audiard, Hotel Gouin

Crédits photos : Henry Girard

Print Friendly, PDF & Email