Culture

L’esprit Loup Blanc s’invite aux Studio pour le Paradise Film Festival

Un nouveau festival audiovisuel fait son apparition à Tours. Son nom ? Le Paradise Film Festival dont la première édition aura lieu le 07 février 2015 aux Studio, organisateurs de la manifestation conjointement avec Les Films du Loup Blanc.

filmsloupblanc-espritloupblanc-flbprod-paradisefilmfestival-alex-guery-adele-tvrdy-courts-metrages-tours
Au premier abord, rien ne différencie le Paradise Film Festival, d’un autre évènement de ce type : Des courts-métrages présélectionnés, des diffusions publiques, un jury, des prix… En y regardant de plus près, quelques détails surprennent et rendent originale la démarche : Le Paradise est un festival sans thématique. Pour Alex Guery des Films du Loup Blancs, c’est une volonté des organisateurs afin d’avoir un évènement qui soit le plus ouvert possible : « L’objectif est que le Paradise soit ouvert à tout le monde, petit ou grand, professionnel ou amateur et qu’il favorise la découverte de talents. Tout le monde est libre d’envoyer son court-métrage à partir du moment où c’est une fiction ».

Deux festivals organisés par les « Loups Blancs » en 2015

Le règlement est en effet d’une simplicité enfantine : Pour être candidat il suffit d’avoir un court-métrage de fiction d’une durée maximum de 12 minutes et qu’il soit fait de manière indépendante, c’est à dire sans aide publique.

Une idée qui a germé dans les têtes des membres de FLB Prod, déjà organisateurs du « 48 Hour Film Project » à Tours, un évènement qu’ils organiseront de nouveau du 03 au 05 avril 2015 également. « Les deux manifestations sont différentes », nous explique Alex Guery, conscient qu’il puisse y avoir un mélange entre les deux évènements pour le grand public. « Pour le 48 Hour, c’est une organisation internationale, soumise à un règlement précis, qui impose un contexte de marathon et un thème. Pour le Paradise, les candidats nous envoient leurs films en amont et on présélectionne. Participer aux deux est possible d’ailleurs et ceux qui ont réalisé un film dans le cadre du 48 Hour l’an passé, peuvent proposer leur film pour le Paradise« .

Une invitation à vivre ses rêves

Alex Guery souhaite ainsi proposer des choses, nous dit-il en fonction de ses idées et envies : « C’est peut-être un peu naïf, mais je fais les choses par passion et avec plaisir, sans volonté de stratégie. Avec les Loups Blancs on prend les choses comme elles viennent ». Une naïveté assumée doublée d’une communication bien ficelée même si Alex Guery se défend là encore d’être dans une opération stratégie com’ : « On n’est pas mystérieux et on ne cherche pas à créer de l’attente, seulement c’est vrai qu’on annonce parfois des choses, qui prennent plus de temps que prévu » se justifie-t-il quand on évoque certaines annonces faites par leur collectif sur les réseaux sociaux.
A plusieurs reprises, Alex Guery mentionnera cette naïveté, « Je ne sais pas si c’est le bon mot, mais en tout cas, nous faisons les choses sans chercher à plaire ou non ». Un terme qu’il revendique jusque dans le nom du festival : « On voulait un nom qui puisse parler à l’international mais qui ne fasse pas trop américain non plus. Là Paradise, c’est l’idée de vivre ses rêves et tout le monde peut le comprendre, même sans parler anglais ». Vivre ses rêves c’est également le thème de l’affiche du festival qui est par ailleurs un hommage à plusieurs références, de Dreamworks à Spielbierg, en passant par d’autres : « Nous voulions une affiche plutôt sobre qui peut plaire aux enfants comme aux grands parents et où chacun y trouvera sa référence ». En attendant, le Paradise Film Festival n’est plus seulement un rêve mais est devenu un évènement concret. Les candidatures sont d’ailleurs déjà ouvertes et les cinéastes amateurs ou professionnels ont jusqu’au 18 janvier pour envoyer leur film, avec pour les sélectionnés la chance d’être diffusés le 07 février prochain aux Studios.

Inscriptions et renseignements sur la page du festival

Print Friendly, PDF & Email