L’Espace Malraux, un très bel outil pour son nouveau directeur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Arrivé du Sud-Ouest en décembre dernier, Sébastien Garcia a pris la direction de l’Espace Malraux à Joué-lès-Tours. Rencontre.

« J’ai fait une carrière dans des équipements culturels pluridisciplinaires du type de l’Espace Malraux, dans le sud-ouest à Toulouse ou Albi » explique Sébastien Garcia pour se présenter. Résidences d’artistes, développement culturel mais aussi tourisme d’affaires… autant de domaines qui parlent au nouveau directeur de l’Espace Malraux. Pour Sandrine Fouquet, adjointe à la culture à la ville de Joué-lès-Tours, le choix de Sébastien Garcia s’est imposé de lui même parmi la dizaine de candidatures reçues suite au départ de Bertrand Poitou, l’ancien directeur. « Depuis 2014, nous avons voulu redonner un souffle nouveau à l’Espace Malraux en engageant des réflexions pour lui donner une visibilité supplémentaire ». Et l’adjointe d’affirmer la salle jocondienne comme «  un très bel établissement culturel, pensé dès le départ comme tel mais aussi comme un mini centre des Congrès ». C’est en effet sur ce point également que le profil du nouveau directeur a intéressé la mairie de Joué-lès-Tours, propriétaire de la salle. « Mon rôle est de développer la partie culturelle en allant chercher de nouveaux publics mais aussi de développer l’économie de l’Espace Malraux en faisant venir des entreprises en séminaires, pour des salons… l’outil est adapté pour cela ».

IMG_3911Sébastien Garcia et Sandrine Fouquet

Ainsi à la sempiternelle question du financement des équipements culturels, Sébastien Garcia n’hésite pas à parler franchement et à franchir la frontière longtemps et parfois toujours mal vue par le milieu culturel, en mélangeant activités d’affaires et culture au sens propre du terme. « Malraux c’est 200 jours d’exploitation par an » souligne Sébastien Garcia, « il y a de la place pour tout le monde ». L’objectif avoué alors que les fonds publics tendent à se resserrer : assurer une pérennité et une autonomie financière à l’Espace Malraux qui bénéficie par ailleurs d’un budget autonome séparé du reste de la ville de Joué-lès-Tours. « Gérer un équipement comme Malraux c’est comme géré une petite entreprise, avec 2 millions d’euros de budget, 20 salariés permanents, plus les techniciens intermittents ».

Elargir et brasser le public

ONGLET-MALRAUX-EVENEMENTS-_-AuditoriumL’auditorium de l’Espace Malraux

Et pour arriver à l’équilibre financier cela passe forcément par un public nombreux lors des spectacles. Un équipement culturel vit par son public, et cela Sébastien Garcia le sait bien. Et si Malraux connaît un regain de visibilité depuis quelques années avec une communication et une identité visuelle revue, l’un des enjeux à venir reste de pouvoir élargir et brasser les publics, tout en respectant le cahier des charges de cette salle labellisée Scène de Touraine. « Nous voulons conserver une ligne culturelle forte et nous continuerons bien sûr à produire des artistes pluridisciplinaires dans un esprit de découverte, mais je crois qu’il y a de la place pour un équilibre avec des artistes plus grand public qui permettent d’attirer de nouveaux publics et leur faire découvrir la salle par ce biais ». Dans les faits cela se traduit par un appel plus régulier aux sociétés de productions comme Cheyenne ou AZ Prod, avec un idéal de 50 % de programmation en direct et autant pour ces structures externes. Pour la prochaine saison, parmi les premiers noms annoncés on retrouve ainsi le groupe tourangeau EZ3kiel, François Morel, le spectacle « Les Franglaises », ou encore la pièce d’Agnès Jaoui et Pierre Bacri « Un Air de famille »…

Un public que l’équipe de Malraux veut choyer en maintenant les avant-scènes gratuites ou l’ouverture de la cafétéria les soirs de spectacles… « Il faut que le public puisse venir entre amis ou en famille pour passer une soirée complète et non pas simplement venir à un spectacle et repartir. C’est important de créer des temps de convivialité » poursuit le directeur. Un travail important, tout comme celui moins visible lié à l’action culturelle avec de la médiation envers les milieux scolaires ou encore le travail envers les jeunes publics, une des forces de l’Espace Malraux depuis des années comme le succès de la dernière édition du festival Circuit Biscuit, qui s’est tenue le mois dernier l’a une nouvelle fois prouvé.

Un degré en plus :

> Le site de l’Espace Malraux : http://espacemalraux-jouelestours.fr

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu