Culture

Le clip de la semaine : «Par-delà la pudeur» de RubiCan

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

Au royaume merveilleux du clair-obscur

Quand on tape «RubiCan» dans Google Images, on tombe sur plein de chevaux. Et sur la pierre tombale d’une certaine Helen Rubican (1886-1914). Cher Google, tiens-toi le pour dit : RubiCan, c’est aussi depuis quelques mois le nouveau projet solo de Pierre-Louis (Luis Francesco Arena, Frankie Goes to Point-à-Pitre, Headcases et guitariste de la sublime Le Prince Miaou…), un Tourangeau, qui, à en croire le programme du dernier Printemps de Bourges, nous a été volé par la région Poitou-Charentes qui aime bien cultiver les petits gars dans son genre (Alexandre Varlet, François & The Atlas Mountains). Nous le leur repiquons le temps de cette chronique, quitte à réveiller de vieilles querelles ancestrales et à déclencher une battle Confort Moderne/Temps Machine.

Enfin du minimalisme qui ne ressemble pas à du (sous) Dominique A ! En artiste accompli qui suit son grand bonhomme de chemin depuis quelques années déjà, Pierre-Louis ne s’interdit pas grand-chose et signe ici une chansonnette à la fois nerveuse et délicate qui ne rentre dans aucune case et ne suit aucune tendance particulière.

En nous regardant droit dans les yeux pendant une bonne partie du clip, Pierre-Louis oscille sans sourciller entre des riffs de guitares bruts et rapides, des sons électroniques mats et apaisants, des chœurs haut perchés et un chant délicat qui porte avec grâce un très beau poème romantique en octosyllabes, ajoutant une patte particulière au décalage rythmique général du morceau.

C’est beau et troublant. Et terriblement addictif.

rubican_01


Un degré en plus :  > L’EP «Brise-lame» en écoute sur Soundcloud

Print Friendly, PDF & Email