Culture

Le clip de la semaine : «Je veux un enfant médiocre» de Le Manque

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

«Je veux un enfant médiocre» de Le Manque

Freud (enfin) en musique.

Préambule de mauvaise foi : Bon Chartres n’est pas tout à fait en Touraine, et alors ? Les règles sont bien faites pour être transgressées, non ?

Sorte de Lennon/McCartney d’Eure-et-Loir, le duo Lionel Fondeville/Christophe Esnault n’en finit plus de nous (désen)chanter le monde avec une noirceur jouissive qui confine parfois au génie. Album après album (déjà trois au compteur), morceau après morceau, l’humour dévastateur de leur plume et la nonchalance addictive de leurs mélodies font de Le Manque la formation «chanson française» la plus injustement méconnue de la région Centre Val de Loire Beauce Brenne Berry Sologne Perche. Ce dernier clip montre un brillant aperçu de leur talent.

la manque

«Tant de parents imaginent/Qu’ils ont pondu un vainqueur/C’est bien plus valorisant/De mettre au point un loser». Cet hymne à peine exagéré au syndrome de la mère couveuse, qui couve tellement qu’elle étouffe, aborde sans détour un sujet tabou pourtant super répandu dans notre belle société qui, comme chacun le sait, pète actuellement la forme à grande échelle sur le plan idéologique comme psychiatrique : se repaître secrètement de l’échec de ses proches, voire de ses propres enfants.

Le Manque a rarement aussi bien porté son nom, puisqu’on manque cruellement de porte-étendard de la misère intellectuelle de l’Homme, même si de précédents morceaux ont pu aussi mettre un coup de pied dans la fourmilière/allumer la mèche/mettre de l’huile sur le feu en racontant avec autant d’aisance que d’insolence des choses que pas grand-monde a, en définitive, vraiment envie d’entendre ; encore moins quand c’est joliment mis en musique.

Entre Brassens et Salut C’est Cool, Dominique A, Philippe Katerine et Nino Ferrer, Le Manque nous racontent des histoires banales mi-glaçantes mi-rigolotes, sur une espèce de blues au sens large, qui flirte assez souvent avec la pop sur d’autres titres.

Côté images, ils nous offrent ici un petit court-métrage noir et blanc bien léché nous montrant une jolie maman qui reçoit son vieux fils à déjeuner sur sa belle toile cirée. Elle semble avoir du mal à dissimuler sa joie de voir sa progéniture avoir une petite vie médiocre, à la hauteur de la sienne, bilan d’un travail de sape à long terme pour faire en sorte que l’échec l’emporte toujours largement sur la réussite.

Une manière assez moche et très individuelle de bloquer l’ascenseur social, en somme.

Un degré en plus

> L’inénarrable chaîne YouTube de Le Manque, où vous pourrez notamment voir et entendre leurs tubes interplanétaires «Mourir à Chartres» et «Fais pas ta pie crevée» !

Print Friendly, PDF & Email