CultureA la uneAutres

« Gaspard va au mariage », le film risque du Tourangeau Antony Cordier

Gaspard va au mariage sort ce mercredi 31 janvier et c’est un Tourangeau de 44 ans qui l’a réalisé : Antony Cordier. Embarqué dans un marathon médiatique pour la promotion de ce nouveau long métrage, le cinéaste a fait une petite pause dans sa région d’origine, le temps d’un week-end. L’occasion aussi de présenter son œuvre en personne au public des cinémas Studio comprenant une trentaine de proches. Juste avant la séance, il a pris le temps de nous recevoir…

Gaspard va au mariage est un film étonnant. Gonflé dans son écriture, singulier dans sa mise en scène, il remonte le niveau moyen des comédies françaises. Enfin un film comique qui n’essaie pas au passage de nous tirer les larmes inutilement. Plus souvent inattendu que prévisible, parfois carrément déviant, ce long métrage raconte l’histoire de Gaspard, un gars bien qui revient dans sa famille pour assister au mariage de son père. Paniqué à l’idée d’y aller seul, ou mal à l’aise dans le fait de montrer qu’il n’a pas encore réussi sa vie amoureuse, il embarque avec lui une inconnue croisée dans le train en lui promettant de l’argent. La situation scénaristique est déjà vue mais la suite est incongrue, ne serait-ce que par le décor du film : un zoo en pleine campagne.

Cette idée du zoo, « elle est venue en cours d’écriture » explique Antony Cordier (déjà connu pour Happy Few ou Douches Froides) :

« On voulait faire une comédie romantique entre un garçon et une fille et on sentait le besoin d’un univers fort pour emmener ce film ailleurs. Avec le zoo, beaucoup d’idées sont venues. Cela nous a permis d’imaginer des personnages ayant grandi avec des bêtes sauvages. Tous se comportent en fonction de leurs liens au monde animal, jusque dans leur érotisme : ils ne se caressent pas de la même manière que tout le monde, ils se reniflent. Cela permet d’emmener le film dans un registre plus comique, excentrique et magique »

A propos de magie, l’inspiration est venue aussi de l’univers du conte, notamment le personnage de la sœur de Gaspard, qui ne quitte jamais sa peau d’ours, un petit côté Peau d’Âne « pas hyper réaliste » mais néanmoins farouchement attachant et porté par la jeune Christa Theret (vue dans Lol avec Sophie Marceau) : « elle est à part mais tout le monde respecte son identité même si elle fait un peu tout ça pour emmerder le monde. »

Un film plébiscité par la critique

Complexe à monter (« le film faisait peur parce que ce n’était pas un film de gags ou de pur divertissement. Il abordait des thèmes plus graves et mélancoliques »), Gaspard va au mariage a finalement réussi à voir le jour grâce à la pugnacité de son équipe. Le pari semble réussi avant même la sortie : « l’autre jour j’ai lu une excellente critique dans Voici, c’était inattendu » confie Antony Cordier qui est aussi passé par France Inter avant d’aller sur Canal+. Son équipe d’acteurs a même été invitée chez Yann Barthes sur TMC, l’émission par excellence où il faut se montrer en ce moment quand on veut porter un projet. Il faut dire que Félix Moati, Laetitia Dosch ou Marina Foïs y sont à leur avantage, dans des rôles de femmes et d’hommes un peu échaudés mais sensibles et justes, leur sincérité est visible dans toutes les scènes. « C’était important pour moi qu’ils aient envie de faire ce film » confie celui qui a les dirigés.

« Ce n’était pas facile à financer, mais à réaliser c’était agréable » raconte aujourd’hui Antony Cordier, grisé par l’expérience au zoo : « qui dit animaux dit dresseurs, temps de tournage allongé… Mais au final, tout le monde récupérait les bonnes ondes du zoo et ça nous a mis dans de bonnes conditions. » Un climat nécessaire pour pouvoir aborder frontalement l’univers d’une famille vraiment pas comme les autres, « mais dès l’instant où l’on traite la famille elle est forcément dysfonctionnelle » prend le soin de noter le cinéaste tourangeau qui aime « aller regarder ce qu’il y a de fou » dans une famille. Et là on est servi avec un enchaînement de situations stupides :

« on se lâche, on s’éclate et tout le monde s’amuse. On a pris du plaisir à faire des choses risquées. »

En dépit de son titre saugrenu, rétro et un peu mystérieux, Gaspard va au mariage est loin de n’être qu’un film comique ou romantique. Il traite aussi de rapports complexes, et surtout d’éducation sentimentale : « c’est l’histoire d’un garçon qui est un peu amoureux de sa sœur et qui doit trouver l’amour ailleurs. Et il lui faut tout le film pour le comprendre » analyse Antony Cordier assurant que l’on peut tous se projeter dans son long métrage. On en sort en tout cas plus ému qu’on aurait pu le prédire.

 

Gaspard va au mariage dès le 31 janvier aux Studio.

Print Friendly, PDF & Email