Culture

Festival Imag’In : chronique d’un échec

Le festival Imag’In tenait sa dixième édition le week-end dernier sur l’île Aucard. Une édition qui aura tourné au fiasco…

Ces neuf dernières années le festival Imag’In, organisé par Prod Cité, donnait rendez-vous au public au Sanitas, place Saint-Paul. Oui mais après une édition 2017 compliquée, terminée en bagarre, les organisateurs avaient décidé de se donner un nouveau souffle en changeant de formule. Exit, le Sanitas, malgré l’envie de départ de porter un événement culturel au cœur du quartier, et direction l’île Aucard sous une formule payante. Une 10e édition pour marquer le renouveau et la volonté de s’affirmer comme un événement majeur, en témoigne la programmation ambitieuse et la communication importante faite par le festival depuis plusieurs semaines. Une dixième édition qui aura malheureusement montré les limites des organisateurs à porter un tel événement.

Depuis plusieurs semaines, certains techniciens locaux évoquaient déjà une organisation défaillante, beaucoup ayant par ailleurs refusé de travailler sur l’événement. A quelques heures de l’ouverture du festival, d’autres s’inquiétaient encore du peu d’activités sur le site du festival et du retard dans le montage des scènes, pas totalement prêtes à l’ouverture des portes. La raison : Le prestataire pris par Prod Cité a lâché également l’affaire la veille… De quoi inquiéter les artistes également. Certains comme Taïwan MC et Davodka, faisant part dans la journée de vendredi de leur incompréhension et leur crainte face à l’absence de nouvelles des organisateurs. Finalement Taïwan MC annula sa présence, évoquant des conditions de sécurité insuffisantes, l’incertitude de recevoir son cachet et l’absence d’interlocuteur dans l’organisation du festival…

Une tête d’affiche en moins, de quoi agacer une partie des spectateurs. Un agacement qui n’allait pas se dissiper tant la soirée tourna au désastre : barrières de sécurité mal installées (une devant les scènes tomba en plein concert), retard dans les concerts et artistes annonçant eux-mêmes le programme de la soirée… Des spectateurs qui pour certains s’agacèrent encore au stands restauration et boissons, critiquant autant le fonctionnement que les produits (et quantités) servis.

Ambiance morose sur le site donc autant le vendredi que le samedi (avec un léger mieux pour cette deuxième soirée), tout juste contrastée grâce à la bonne volonté des artistes qui bien qu’agacés pour certains des conditions d’accueil, ont joué le jeu pour le public et ont réchauffé les cœurs des spectateurs.

Malgré tout, il flottait une impression d’amateurisme et d’organisation dépassée sur le festival, malgré la bonne volonté des bénévoles qui n’ont pas démérité tout le week-end, en faisant de leur mieux. Oui mais Imag’In a clairement montré ses limites pour la deuxième année de suite. Après l’édition 2017 ratée, le festival voulait profiter de sa 10e édition pour se donner un nouvel air et une nouvelle dimension en changeant de formule. L’échec est d’autant plus retentissant et l’image du festival ne s’en retrouve que plus écornée. Il sera dur de s’en relever.

Print Friendly, PDF & Email