L'actualité Tourangelle à la bonne température
ArticleCultureInterviews

Emeline Oberlé, 22 ans, signe l’affiche de la Soirée Cuvée Scène Locale

Pour cette deuxième édition qui couronnera la scène tourangelle le 22 février prochain au Temps Machine, il y a une première : notre partenariat avec le Lycée Gustave Eiffel pour la réalisation des trophées et avec l’Ecole Brassart de Tours pour la création d’un visuel. Après un mini-concours proposé en interne sur la base du volontariat des étudiants, c’est finalement le travail d’une certaine Emeline Oberlé – étudiante en 3e année de Design Graphique – qui a retenu l’attention de l’équipe Scène Locale 37. Nous l’avons rencontrée un jour de neige.

37 degrés : Quel est ton parcours ?

Emeline Oberlé : Je viens d’Orléans, où j’ai passé un Bac S. Puis je suis venue à Tours pour une première année de médecine. J’ai assez vite vue que ça ne me conviendrait pas, du coup je suis allée à un salon de l’orientation à Orléans et j’ai découvert l’Ecole Brassart et ça m’a attirée tout de suite.

37 degrés : Tu savais déjà dessiner?

Emeline Oberlé : Ma mère dessine beaucoup et quand j’étais petite elle m’a fait dessiner régulièrement. Au collège, j’avais quelques activités autour des arts plastiques, mais sans plus. Pour le concours d’entrée à l’année de prépa à Brassart en 2013, j’ai dû rendre deux travaux imposés, mais assez libres quand même : une nature morte à composer puis à dessiner, et des objets à choisir et à reproduire en les stylisant. Ma candidature a été retenue et j’y suis depuis quatre ans.

37 degrés : Pourquoi as-tu eu envie de participer à ce petit concours d’affiche ?

Emeline Oberlé : J’écoute beaucoup de musique, surtout du métal et du hardcore, de toutes les époques. C’est une thématique qui m’inspire et sur laquelle on a déjà travaillé à Brassart en début d’année : on devait réaliser un magazine musical – le mien s’appelait Voxifer – puis imaginer un festival organisé par ce même magazine. Quand deux responsables de la Soirée Cuvée Scène Locale sont venus nous présenter leur activité à l’école, cela m’a semblé naturel de participer et de proposer quelque chose.

37 degrés : Comment as-tu travaillé et pourquoi ce choix de la bouteille ?

Emeline Oberlé : Je me suis inspirée de l’ambiance dégagée par des images envoyées par l’équipe de la soirée et de leur description de la première édition en février 2017 qui avait été conviviale et festive, ainsi que de pas mal d’affiches de festivals musicaux que je suis allée consulter sur internet. J’ai assez vite eu envie de prendre le nom de la soirée au pied de la lettre. Et la tête de mort est venue naturellement : c’est un motif que j’ai toujours aimé dessiner, dès l’adolescence.

37 degrés : Tu es en troisième année de Design Graphique, c’est quoi la prochaine étape pour toi ?

Emeline Oberlé : Je suis en train de terminer mon PFE, Projet de Fin d’Etudes, que je vais présenter devant un jury fin mars. Ensuite, je dois faire un stage de trois mois puis rendre un rapport de stage afin de valider mon diplôme. J’ai commencé à contacter quelques agences. Pour ma future carrière, j’ai une préférence pour la création d’identités graphiques.

Propos recueillis à Tours le 9 février 2018.

Un degré en plus

> Les cinq autres participants à ce premier concours sont : Alan Leal (finaliste), Pierre-Georges Pasquet, Marie-Gaëtane Scala, Marie Paulon et Clara Gagnol. Un grand merci à eux.

> Ecole Brassart de Tours : Journées portes ouvertes les samedi 17 et dimanche 18 février 2018, de 10h à 17h.

Print Friendly, PDF & Email