Culture

En difficultés financières, Les Ilots Electroniques demandent de l’aide à leur public

Les Ilots Electroniques connaissent des difficultés financières et font appel à leur public dans une campagne de financement participatif.

Fin mars, Les Ilots Electroniques fêtaient leur 4e anniversaire au Point Haut. Un bel événement avec 1500 personnes réunies par soir et la preuve une nouvelle fois que Les Ilots ont trouvé leur public.

Depuis 2014, les Ilots se sont en effet imposés dans le paysage culturel et musical tourangeau, notamment grâce à leurs événements estivaux dans des parcs de l’agglomération tourangelle. Sur le son des DJ’s invités, Les Ilots sont ainsi devenus le rendez-vous dominical d’une partie de la jeunesse tourangelle (mais pas que), une fois les beaux jours arrivés. Des moments festifs ouverts à tous, qui réunissent à chaque fois plusieurs milliers de personnes venus danser sur l’électro proposée ou simplement venus profiter de l’ambiance conviviale dans un coin de verdure.

Oui mais si le projet a réussi à fédérer, il n’est pas simple en revanche à faire vivre économiquement. Comme beaucoup de structures et notamment associatives, les Ilots connaissent ainsi aujourd’hui des difficultés financières. La faute à une saison 2017 maussade point de vue météo entre une édition annulée, des changements à la dernière minute, et des éditions sous des températures plus fraiches qu’à l’accoutumée. Les Ilots Electroniques ont traversé 2017 tant bien que mal avec au bout du compte des pertes financières importantes pour ce type de structure (plus de 10 000 euros).

Il faut dire que le modèle des Ilots reposant uniquement sur l’autofinancement lié aux ventes des consommations sur place, dépend directement des conditions météos. Une édition sous un beau soleil attire du monde et incite le public à se désaltérer et donc à consommer. Une logique qui marche aussi en sens inverse… Et sans financements extérieurs (subventions ou mécénat, un choix assumé par les organisateurs), une année comme 2017 ne pardonne logiquement pas.

Malgré ces difficultés, l’association a décidé malgré tout de poursuivre en 2018 mais pour cela les organisateurs font aujourd’hui appel à la générosité de leur public. « Notre modèle est fragile et nous n’avons rien demandé jusqu’à présents, mais aujourd’hui la situation est telle que sans nos fidèles sympathisants, les Îlots n’existeront plus. » explique Thomas Giovani, un des trois fondateurs des Ilots aux côtés d’Arno N’Joy et Enzo Petillault.

« L’objectif c’est qu’on garde la gratuité, des éditions dans des lieux cools » poursuit Thomas. Bref « que les Îlots restent les Îlots », tout en y apportant quelques améliorations. Parmi les envies pour 2018 il y a la systématisation d’une deuxième scène, permettant une plus grande diversité dans le son, mais aussi le retour d’un véritable espace pour enfants, plus d’animations annexes (ludiques ou sportives),… afin de renforcer le concept d’événement convivial pour les dimanches entre amis ou en famille.

Mais avant de pouvoir lancer cette saison, il reste à combler le déficit financier. Pour cela Les Ilots ont donc lancé une campagne de crowfunding pour laquelle ils espèrent récolter 6000 euros. Si le coeur vous en dit cela se passe par ici :

www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sauve-les-ilots-et-ameliore-ton-karma

Print Friendly, PDF & Email