CultureReportage-Culture

Le départ d’Aucard a déjà eu lieu

The Soft Moon au Temps Machine Photo : Axel Nadeau

Les dates indiquées sur l’affiche de l’édition 2018 d’Aucard de Tours sont bien celles du « 5 au 9 juin ». Pourtant, le festival a investi la ville depuis plusieurs jours et étendu sa patte à d’autres lieux que la Gloriette. Retour sur les différents coups d’envoi du festival, avant que la grosse fête ne commence.

Un son profond, puissant, strident… Le groupe américain The Soft Moon était hier soir la tête d’affiche de la soirée « Warm Up » Aucard de Tours au Temps Machine. Le groupe de post punk, longtemps signé sur le label Captured Tracks (Mac de Marco, DIIV…), se produit souvent devant plusieurs milliers de personnes. Mais c’est bien au club du Temps Machine que l’équipe d’Aucard de Tours a réussi à les programmer. En première partie, on trouvait le groupe local Moto Raide, du garage expérimental très drôle et hyper culotté.

Cette soirée « Warm Up » rappelait les racines résolument rock du festival. Dans cet esprit, Aucard accordait dimanche dernier une carte blanche à l’association Goat Cheese. Celle-ci est bien connue des rockeurs tourangeaux, elle investit souvent le centre ville pour y faire crier les guitares. Le punk s’invitait cette fois-ci au château du Plessis, un lieu datant du XVe siècle. C’était la première fois qu’on entendait ce genre de musique dans le premier château royal ligérien, celui du roi Louis XI. L’entrée à prix libre permettait d’assister aux concerts de fers de lance de la scène punk française comme Guerilla Poubelle, The Decline et Justin(e).

« On était complets à 17h30 avec environ 600 personnes », explique Brice, membre fondateur de l’association Goat Cheese. L’événement se voulait entièrement D.I.Y. (do it yourself), c’est à dire sans subvention, en faisant fonctionner la solidarité avec d’autres acteurs locaux comme Aucard de Tours bien-sûr ou encore Les Ilots Électroniques. Malgré un petit orage, la journée s’est parfaitement déroulée

Le château du Plessis dimanche dernier. Photo : Fabien Garou
Le château du Plessis dimanche dernier. Photo : Fabien Garou

« Dj Jean-Ludo mixait sous la pluie alors que tout le monde continuait à danser. Je pense que l’ambiance qu’il y avait au château dimanche est celle qu’on va retrouver à Aucard ».

Brice, membre de l’association Goat Cheese

Aucard de Tours ce n’est pas que de la musique. Au château du Plessis il y avait aussi les expos de Chloé Boureux, Eric Guyot, Mr FifuSan, la projection d’un documentaire lié au punk, des stands militants, d’autres pour grignoter local ou pour faire de la sérigraphie… Au même moment, au cinéma les studios, c’était la « soirée cinéma bis » organisée également par le festival. Au programme : un concert de Les barons du Bayou et deux films projetés en salle. « Deux jolis navets », précise avec dérision un membre de l’équipe de Radio Béton

Pour être précis, Aucard de Tours a vraiment commencé le 1er juin avec les Apérocks, traditionnels concerts gratuits ayant lieux aux quatre coins de la ville. Le coup d’envoi avait été donné par Mother Funkerz à 12h30 au Centre Bel-Air, à La Membrolle-sur-Choisille. Se sont déjà produits danslamercedesnacrée, The Drafts, Le Carré, ou encore The Samaritans… Il est à déplorer l’annulation d’un de ces aperocks, celui du groupe Mopa à l’hôtel Gouin, sous prétexte de la présence du miroir d’eau installé dans la cour. Un miroir d’eau qui n’a pourtant pas empêché la tenue d’un autre événement musical le week-end dernier.

Il en faut beaucoup plus pour décourager les « bétonneux ». Après avoir survécu à une inondation il y a deux ans, on peut parier que même la pluie annoncée toute cette semaine ne leur fait pas peur. Les concerts sur la plaine de la gloriette se préparent. Certains artistes sont déjà arrivés Tours. C’est le cas de Ecca Vandal. La chanteuse/rappeuse sud africaine répétait hier soir, les guitares à fond, dans les sous sol du Temps Machine. Son mélange hip hop, punk, r’n’b, faisait déjà des étincelles. « C’est un des concert que j’attend le plus », confie Brice de l’association Goat Cheese, alors qu’il observe le groupe arranger un morceau qu’ils joueront ce soir à 23h50 sur la plaine de la gloriette.

Photos de l’évenement Goat Cheese : Fabien Garou
Photos du Temps Machine : Axel Nadeau

Print Friendly, PDF & Email