• CDNT
  • CDNT

Découvrez Clé d’Sol et leur premier EP : « Par voix d’introspection »

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Clé d’sol est un jeune projet porté par deux non-moins jeunes Tourangeaux : Corentin et Simon. Un duo qui vient de sortir son premier EP nommé « Par voix d’introspection ». Un cinq titres sorti le 30 octobre dernier, varié et éclectique qui puise dans les sonorités Hiphop, soul, funk ou R&B.

10358124_1198812233478666_7148086796935111944_n

37° : Bonjour Clé d’Sol pouvez-vous vous présenter ?

Clé d’Sol : Nous sommes un duo tourangeau composé de Corentin (Cetaà) et Simon, respectivement 23 et 22 ans. Amis de longue date, nous avons commencé à faire de la musique ensemble, en apprenant notamment à jouer de la guitare, il y a environ 8 ans. Nous avons fait nos armes en reprenant les riffs de Tryo, ou encore d’autres groupes dont nous sommes avec du recul moins fiers et qui ne méritent pas d’être mentionnés ? . Nous nous sommes alors progressivement mis à composer au fur et à mesure des années, jusqu’à pouvoir proposer le résultat que nous amenons aujourd’hui.

37° : Comment est né ce projet ?

Clé d’Sol : Le projet Clé d’Sol dans son ensemble est né en 2012. Nous faisions de la musique ensemble auparavant et avons souhaité alors plancher sur un projet concret, avec un EP d’environ 5 titres. Clé d’Sol était né. Toutefois cet EP n’a jamais vu le jour pour différentes raisons. Seuls deux titres ont survécu, avec leur lot d’imperfections. Même si nous continuions à composer chacun de notre côté, nous avions laissé notre pseudo formation de côté pendant quelques mois. Puis est arrivé début 2015. Corentin trouve un sample assez anodin de Rhodes qui lance l’EP « Par voix d’introspection » avec ce qui était alors les prémices du deuxième titre de l’EP « All will go down ». Travailler sur cette chanson nous a donné l’envie d’aller plus loin et de concrétiser ce projet dont nous parlions deux ans plus tôt. Nous avons alors lancé la machine et travaillé sur cet opus de cinq titres pendant environ cinq mois plus ou moins intenses (Simon étant sur Paris, et Corentin sur Tours la majorité du temps).

37° : Quelles sont vos influences ?

Clé d’Sol : Nous pensons que l’identité même de Clé d’Sol réside dans la multiplicité de nos influences. Nous sommes résolument attachés aux sonorités purement « instrumentales », à la pluralité d’harmoniques qu’offrent la soul, le blues, le jazz, la funk… tout en étant sensibles aux beats plus normés, purement 4/4 et le flow qui ressort des sons hip-hop, qui est d’ailleurs le fil conducteur de notre EP. Nous avons toujours eu du mal à clairement définir notre musique. On ne peut vraisemblablement pas se proclamer « groupe de hip hop » ça ferait hurler les puristes, ni « groupe de variété » pour nos influences résolument urbaines. Dès lors comment se catégoriser ? C’est tout l’objet de la thématique de notre quatrième titre « Dulcimer », qui reflète autant dans la musique elle-même que dans le texte, notre désir de ne pas nous limiter à un style, mais de composer selon nos envies, quel que soit l’état d’esprit du moment.

37° : Vos chansons mélangent des sonorités hiphop, rap et R’nb, comment composez-vous ?

Clé d’Sol : Pour cet EP à vrai dire, aucune chanson n’a été commencée de la même façon (une ligne de basse, un sample, un riff de guitare, pouvait déclencher l’étincelle) ! Mais de façon synthétique nous posons les bases des chansons avec un ensemble batterie/beat-basse, voire un sample que nous estimons comme pilier de la chanson en construction, puis les agrémentons avec les instruments dont nous avons besoin, selon l’envie du moment. Ce qui est sûr c’est que la musique prime avant les textes. Le tempo, le style musical majeur choisi, donnent le ton de la chanson puis les textes naissent par la suite.

Dans la construction de nos chansons Cetaà va généralement fouiner les discothèques pour dégoter le sample idéal puis l’éditer avec sa MPC ou son clavier pour faire naître quelque chose, tandis que Simon en tant que multi-instrumentiste va venir apporter sa patte pour agrémenter les compositions puis assurer le mixage audio. Nous essayons alors de mélanger tout cela et créer quelque chose. Il est vrai que ça ne marche pas tout le temps du fait de nos différentes préférences en terme de sons et d’harmoniques… mais lorsque l’étincelle est là, est bien ça donne le cocktail Clé d’Sol.

37° : Qui écrit les textes ?

Clé d’Sol : Nous écrivons chacun nos textes séparément, tout en se concertant sur une thématique. Nous écrivons principalement lorsque nous sommes ensemble afin de confronter nos idées et s’assurer de la cohérence globale des différents fragments de la chanson. Nous testons par la suite les textes sur une première version instrumentale préalablement travaillée afin d’également s’assurer de la cohérence textes/musique. Enfin, Simon se charge généralement de la relecture finale pour corriger les textes, voire les peaufiner.

37° : Vous avez sorti un premier EP, quels sont vos objectifs pour la suite ?

Clé d’Sol : La suite logique serait de dégoter des dates afin de défendre notre projet sur scène. C’est toutefois impossible pour le moment étant séparés d’environ 1 200 kilomètres pour ces 8 prochains mois (ndlr : Simon est actuellement en Asie pour raisons professionnelles). Toutefois nous profiterons de cette année pour capitaliser un maximum sur le travail réalisé avec « Par voix d’introspection » et essayerons de faire découvrir notre univers au plus grand nombre.

A moyen terme, nous parlons déjà de l’enregistrement d’un nouvel opus (peut-être sous forme d’album…). Nous avons encore une multitude de sonorités à explorer et d’influences à faire partager ! Qui plus est, concrétiser cet EP nous a réellement motivé et donné des idées pour la suite : ayant été pris par le temps pour terminer ce dernier, nous avons encore des idées plein le sac !

37° : Pas de projets de dates de concerts donc ?

Clé d’Sol : Malheureusement non, pour les raisons précédemment évoquées. Toutefois cela nous tiendrait vraiment à cœur de pouvoir défendre notre projet sur scène. Pourquoi pas l’envisager au second semestre 2016 ? Mais pour cela nous avons besoin de plus de musiciens afin de donner tout son sens à notre musique. Nous ne souhaitons pas nous contenter d’un DJ, de deux micros, et simplement d’activer la prod en fond sonore. A bon entendeur…

Par voix d’introspection : Track by Track

Introduction :

Premières notes, premières pensées vers Hocus Pocus (ce qui sera le cas sur une grande partie du projet) dès les premières notes avant que les choeurs ne viennent perturber la référence par une voix posée version R&B. Un mix que l’on retrouvera sur quasiment l’intégralité de cet EP éclectique mais où le hiphop sert de fil conducteur à l’ensemble.

All Will Go Down :

Morceau Pop/R&B par excellence s’accélérant progressivement mais néanmoins avec des ruptures bien senties.

Comment te dire :

Grosse présence de la guitare accompagnant une voix enrayée et suave. Allumez vos briquets, c’est l’instant chanson pour filles de l’EP. Un morceau plus acoustique faisant penser à un artiste comme Fred mais toujours teinté également d’un flow hip hop assumé que l’on retrouve par intermittence ici.

Dulcimer

Notre coup de coeur de l’EP, on commence à remuer sérieusement avec un flow plus rythmé et saccadé sur un son qui fait plus « musique du monde » dans sa première partie. Survient alors une pause en milieu de morceau avant une reprise tout en rupture repartant sur un texte en anglais posé par une voix se faisant plus douce et une grosse influence jazzy en fond sonore. « Ne pas se limiter à un style » nous disaient-ils, voici donc l’argument par l’exemple à travers ce morceau.

Wake Up :

L’EP finit par un morceau enjoué qui reste en tête. Wake Up, Wake Up clament-ils en boucle, comme de futurs appels au public sur scène… Un morceau qui vient conclure un premier EP frais musicalement et plutôt bien pensé dans l’ensemble.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !