Culture

As de Trèfle : une fin en apothéose.

Qu’ont pu se dire les membres d’As de Trèfle, cinq minutes avant de monter sur scène samedi soir ? Que se passe-t-il dans les têtes à l’approche de la dernière montée sur le plateau ? Qui plus est à la maison, dans un chapiteau plus que jamais acquis à sa cause avec 2500 personnes venues spécialement pour ce rendez-vous forcément unique puisque le dernier.

As de Trefle 24.01.2015, par Fabien Garou-0714Crédit photo : Fabien Garou pour notre partenaire phOtOurs

Voir la galerie photos complète sur le site de Photours

Nul ne pourra répondre à cette question hors-mis Géraldine, Laurent, Mike et Laurent (bis). En revanche du côté du public, point de mystère, les mots étaient simples et partaient comme d’une seule voix : « As de Trèfle, As de Trèfle, As de Trèfle », trois mots repris en cœur par un public chauffé préalablement par les groupes Les Tit’Nassels et le KKC Orchestra, chargés d’assurer l’ambiance de la première partie. Un peu moins de 23h, malgré le froid hivernal, malgré les pieds frigorifiés, l’ambiance monta, monta, et monta encore d’un cran aux premières notes de la chanson « Caroline », de MC Solaar, lancée dans les enceintes pour accompagner l’arrivée du quatuor tourangeau. « Je suis l’As de Trèfle qui pique ton cœur, l’as de trèfle… » et les cœurs de certains se sont serrés, à commencer par les nombreux fans de la première heure. Il est drôle ainsi de voir à l’heure d’une sortie définitive, l’impact d’un groupe sur son public, y compris un groupe plutôt underground comme As de Trèfle, Laurent le chanteur nous en parlait en décembre dernier.

Samedi soir il n’y avait aucun doute à avoir, c’était écrit, cela devait être une belle fête, sans trop de chichis ni de nostalgie dégoulinante. As de Trèfle ont ainsi produit un concert explosif, en faisant ce qu’ils font de mieux, en encore mieux : transmettre une énergie débordante au public par le biais de leur musique. Bien sûr, par rapport à d’habitude, il y avait quelques invités en plus, bien sûr il y a eu un peu d’émotion et une voix un peu sanglotante de Laurent au moment de remercier ceux qui ont participé à ces 18 ans d’aventure. Quelques larmes dans le public aussi mais surtout une communion s’accentuant au fur à mesure que la fin approchait.

Et puis il y a eu ce medley de leurs premiers tubes pendant le rappel : « Hé Ho Pécheur », « les Poissons », « Chanson d’Amur », « la Bourrée »… qui mit définitivement le public en transe, il ne pouvait en être autrement. Et la dernière ? Forcément « Haut les mains », le premier tube, et la seule chanson jamais sortie du set depuis 18 ans nous avouait Laurent. La boucle était bouclée.

Et puis les As s’en sont allés, et que ce sont-ils dit également en redescendant ? Nul ne sait, mais à 37° on imagine bien une discussion de ce type autour d’une bière :

Laurent : On a bien envoyé le son ce soir !

Laurent (bis) : Allez levons nos verres à la santé de ceux qui n’ont rien bu !

Mike : Un dernier et puis après on verra bien.

Géraldine : En attendant, aujourd’hui c’est dimanche, laissons nous un peu de repos.

Laurent : En tout cas, j’ai vraiment pas vu le temps passer moi.

Géraldine : Eh oh, on va pas devenir nostalgi…que.

Laurent (bis) : oui mieux vaut se taire…

Mike : Et si on allait prendre l’air ?

De notre côté, si nous avions été là à ce moment, nous nous serions contentés de leur dire simplement : « Merci, bonsoir ».

Print Friendly, PDF & Email