Culture

«C’est pas connu, mais c’est vachement bien»

(ET ils passent à Tours) Colt Silvers au Temps Machine le 20 novembre

On va bien souvent voir en concert des groupes et des chanteurs qu’on connaît depuis longtemps ou dont on a beaucoup entendu parler à la télé et à la radio. Et si pour une fois, on allait découvrir directement quelqu’un qu’on ne connaît pas sur une scène tourangelle ?

La programmation musicale locale est très riche et diversifiée et on passe bien souvent à côté de belles découvertes. Ultra-skimming et 37° vous proposent leur sélection, avec un zoom de temps en temps sur un groupe/artiste qui va passer par ici dans peu de temps. »

Colt Silvers au Temps Machine le 20 novembre

Colt Silvers

Il vous suffit d’écouter les deux premières minutes d’un morceau comme «Peaches» pour tomber amoureux des Strasbourgeois de Colt Silvers. Jamais en reste d’un titre à la con, les Inrocks les qualifiaient en 2013 de «réponse française à Alt-J». Nous, on essaiera de rester sobre (pour une fois) et on dira juste qu’ils s’inscrivent dans la lignée de la «nouvelle pop française» à la The Shoes : joyeuse ET mélancolique, dansante ET planante, guitaresque ET synthétique.

«Red Panda», leur second album sorti l’année dernière confirmait tout le bien qu’on en pensait, même si nettement moins sale que le premier, ce qu’on pouvait quand même regretter. Taillée pour les stades («la réponse française à Coldplay ?»), la musique parfois orchestrale de Colt Silvers («la réponse alsacienne à Woodkid ?») n’invente pas l’eau chaude, mais finit toujours par surprendre et séduire.

L’ouverture de l’album, «Season of Silence», avec sa basse à la New Order, son chant à la U2 et ses synthés à la Orchestral Manœuvre in the Dark est sauvée du naufrage référentiel 80s grâce à des parties parlées qui nous réconcilieraient presque avec les barbus tendance hipsters (car, oui, léger bémol les filles, le chanteur de Colt Silvers «en est»).

La suite tourne disco, electro-funk, house, ballade au piano ; Prince n’est jamais loin, Janski Beeeats non plus et plus l’heure tourne moins on a envie que ça s’arrête, finalement. Pas envie de reprendre le tram pour rejoindre Tours Centre ou alors envie de refaire sa déco sonore déjà usée à grand coups d’extraits de «Silver horses», de «Sometimes» ou de «Zugzwang». Une soirée ensoleillée en perspective. «La réponse française à une belle époque de merde», somme toute.

> Concert au Temps Machine, jeudi 20 novembre 2014 à 20h30, de 14 à 27 € la soirée (deux groupes) – Réservation en ligne OK.

Le plus de 37° : rapportez-nous des commentaires sur ce concert, nous publierons les meilleurs (pas de photos et encore moins des vidéos SVP, à 37° nous sommes des ardents défenseurs des concerts sans smartphones).

Print Friendly, PDF & Email