• CDNT
  • CDNT

Bateau Ivre : Ohé du Bateau lance une souscription de la dernière chance

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Plus de cinq ans après sa fermeture, l’avenir du Bateau Ivre va s’écrire (enfin) dans les prochaines semaines. La Semivit, dont l’actionnaire principal est la mairie de Tours, propriétaire des lieux depuis fin 2011 est en effet décidé à vendre la salle de spectacles de la rue Edouard Vaillant. La Semivit a fait savoir au collectif Ohé du Bateau qu’il était prioritaire pour l’offre de rachat jusqu’au 15 avril prochain. Passé cette date, le Bateau Ivre sera vendu à qui pourra, et il se murmure déjà que plusieurs promoteurs immobiliers se verraient bien récupérer ce bâtiment, bien situé en centre-ville.

Pour le collectif Ohé du Bateau, c’est une course contre la montre qui se profile, un sprint final intense qui viendra soit anéantir plus de cinq années d’efforts ou au contraire légitimer les heures passées à monter des dossiers, organiser des manifestations, rassembler autour de leur projet de reprise coopérative du lieu. Le collectif joue sa dernière carte et certainement pas la plus évidente. Prioritaire pour le rachat de la salle de spectacle, le collectif doit néanmoins trouver la somme nécessaire, de l’ordre de 600 000 euros, en deux petits mois.

En coulisses le collectif s’agite déjà et peaufine son plan : celui de lancer une souscription auprès de la population tourangelle avec la mise en vente de 6000 parts sociétaires à 100 euros. Une souscription sur le modèle de celle effectuée fin 2010, au cours de laquelle le collectif avait réussi à obtenir plus de 100 000 euros de promesses de dons, avant de stopper l’opération du fait du rachat du lieu et sa sanctuarisation par la mairie, sous l’égide de la Semivit. Pour réussir à trouver la somme nécessaire et convaincre la population de la nécessité de sauver cet espace culturel, Ohé du Bateau organise une réunion publique le 10 février prochain. Réunion qui préfigurera le lancement officiel de la souscription le 20 février.

Une souscription pour quoi faire exactement ?

Avec cette souscription, le collectif Ohé du Bateau propose aux donateurs de devenir sociétaires du nouveau Bateau Ivre. Sous le modèle du SCIC (société coopérative d’intérêt collectif), le futur Bateau Ivre sera donc géré par l’ensemble de ses sociétaires, qui auront voix égale au chapitre. Pour Franck Mouget, le porte-parole du collectif « Nous voulons faire comprendre à la population que le Bateau Ivre ne sera pas qu’une salle de spectacles, il n’y aura pas programmateur et de saison toute faite. Au contraire, ce lieu devra appartenir à tous et ses sociétaires auront le pouvoir de construire ensemble l’atmosphère de ce lieu ». Des sociétaires qui pourront être aussi bien des particuliers que des associations, des compagnies culturelles…

Depuis le début Ohé du Bateau souhaite ainsi créer un espace collaboratif « au service du plus grand nombre ». Dans le projet proposé on retrouve donc les idées de départ c’est-à-dire une salle de spectacles vouée à la diffusion mais aussi à la création artistique : « une salle de spectacle avec une jauge modérée de 300 spectateurs, accessible à toutes les associations et compagnies, ouverte à tous les arts, gérée sous une forme coopérative avec l’implication des sociétaires ». On retrouve également la création d’un café culturel comme lieu de vie quotidien du nouveau Bateau Ivre. Reste à savoir si plus de cinq ans après sa fermeture, les Tourangeaux restent encore attachés à ce lieu. Le côté nostalgique ne suffira pas en effet et les membres d’Ohé du Bateau en sont bien conscients. A eux de réussir à convaincre sur la base de leur projet. Ce serait alors l’aboutissement d’une belle histoire et le début d’une autre qui s’annonce tout aussi riche.

Un degré en plus : Le site d’Ohé du Bateau

Retour sur les principaux évènements depuis 2010 :

bateau

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !