Culture

Alex Guery au défi du long-métrage

L’année 2015 marquera une étape importante pour Alex Guery. Après avoir fait ses preuves sur des courts-métrages dont plusieurs ont été primés lors de festivals, le réalisateur tourangeau s’est en effet lancé avec sa bande des Loups Blancs dans l’aventure du long-métrage avec « Près de moi ». L’occasion de revenir avec lui, quelques semaines après la fin du tournage, sur ce grand défi.

12218779_10206778546115699_690960342_o

« J’avais peur de ne pas être à la hauteur, peur de décevoir et de me décevoir aussi ».

Un premier long-métrage est un défi de taille pour tout réalisateur, il est encore plus quand celui-ci est tourné en quasi autoproduction. Ce défi Alex Guery a pourtant décidé de le relever cette année avec « Près de moi ». Pourtant, passer des court-métrage au long-métrage avec tout ce que cela implique, y compris la pression du résultat, n’est pas chose aisée et Alex Guery l’a découvert sur le tournage : « La gestion de moi-même a été le plus compliqué sur ce tournage. Au début j’avais du mal à canaliser toutes mes émotions, de devoir composer entre mes envies et les moyens que l’on avait ».

Celui dont le sourire ne quitte d’ordinaire jamais son visage découvre ainsi le stress causé par le poids reposant sur ses épaules : « Il y a eu des moments de tensions. Par exemple les deux premiers jours du tournage ont été horribles, on a refait les scènes plusieurs fois parce que j’étais incapable de faire quelque-chose de bien. Au moment du début du tournage j’ai reçu énormément de messages pour m’encourager mais cela m’a mis la pression. Je me suis senti mal, je me sentais désolé d’avoir entrainé tout le monde dans ce projet. En fait j’avais peur de ne pas être à la hauteur, peur de décevoir et de me décevoir aussi ».

Une peur rapidement évacuée grâce au soutien de la petite équipe du film : « L’équipe s’est autogérée et m’a aidé à dépasser ce stade. La grosse bêtise c’était justement de me mettre moi-même cette pression. Jusqu’à présent on faisait nos projets en se faisant plaisir et c’est comme cela que ça marche » analyse-t-il aujourd’hui en saluant ses partenaires qui l’ont accompagné sur ce film. les Loups Blancs bien sûr avec qui il travaille au quotidien mais aussi les acteurs Yvon Carpier et Viviana Mattei qui joue le rôle principal d’Anna. « Viviana a été formidable, elle nous avait déjà bluffée au casting si bien qu’on avait réécrit une partie du scénario pour qu’il puisse coller à son accent italien. Elle est entrée dans son personnage si bien que par moments, je ne savais plus si je parlais à Anna ou Viviana ».

« Nous irons  défendre ce film jusqu’au bout »

Le tournage qui s’est déroulé en grande partie au château de Jallanges – « une chance énorme, un décor formidable et intemporel » – n’aura finalement pris qu’une semaine de retard par rapport au planning prévu. Un véritable exploit compte tenu que seule une dizaine de personnes ont travaillé sur ce tournage. Une équipe réduite et un planning serré donc en raison d’un petit budget de tournage, un peu moins de 10 000 euros, financés en grande partie grâce à une campagne de crowfunding. Autant de contraintes qui renforcent la fierté d’avoir réalisé ce rêve.

Un rêve pas tout à fait terminé puisqu’il reste le montage à faire maintenant. Depuis la fin du tournage début octobre, Alex avoue ne pas y avoir encore touché : « Depuis 3 semaines je m’interdis de regarder le film pour pouvoir le monter avec un œil nouveau, avec un peu de recul ». Alex Guery espère voir son film prêt d’ici janvier pour le proposer à différents festivals comme celui de Cannes en tant que premier long-métrage. Puis viendra dans la foulée le temps de convaincre les distributeurs de diffuser « Près de moi ». « Nous irons le défendre jusqu’au bout » prévient-il, confiant en son projet.  » « Aujourd’hui on ne peut plus se cacher, faire comme si on n’avait rien tourné, il faut donc sortir quelque-chose. Derrière J’attends toutes les critiques. J’espère que ce sera constructif pour qu’on puisse aller encore plus loin ». Cet « encore plus loin » pourrait être un deuxième long-métrage qu’Alex Guery a envie de réaliser assez rapidement.

Un degré en plus :

Les coulisses du tournage quasiment au jour le jour sont à retrouver  sur le site espritloupblanc

Print Friendly, PDF & Email