ChroniquesChroniques-Politique

[Dans la tête de…] Benoist Pierre, l’athlète

Inaugurations, prises de parole publiques… Dans ces instants, les politiques sont au sommet de leur art et se mettent en scène, n’hésitant pas à partager le tout sur leurs réseaux sociaux. Des instants de com’ privilégiés qui se répètent à l’envie. Mais que se passe-t-il dans leur tête au moment de la photo ? A la rédaction de 37 degrés, on est du genre indiscrets et on a trouvé le moyen de s’infiltrer dans le cerveau de nos élu(e)s pour humer le fond de leurs pensées. On a longuement hésité avant de conclure qu’on ne pouvait pas garder ça pour nous… Évidemment les photos sont réelles, les commentaires non…

Cette semaine, que pense Benoist Pierre, l’homme pressenti pour conduire la liste LREM aux élections municipales de Tours en 2020 ?

« La politique c’est comme un marathon : la moindre crampe peut vous handicaper pendant des kilomètres, la moindre faute de parcours peut aider 2-3 adversaires à vous doubler. C’est pour ça que je m’entraîne avec un pro : le 1er ministre Edouard Philippe. Il était maire du Havre, une ville peu cotée, personne ne le pressentait sérieusement à Matignon. Mais grâce à l’effet ‘nouveau monde’ il est sorti du peloton par surprise et aujourd’hui encore il est au coude-à-coude avec le président dans les enquêtes d’opinion. Médaille d’or le garçon.

Si à l’époque Bernard Cazeneuve avait posé en short sur le perron de la préfecture d’Indre-et-Loire, il aurait été la risée de La Ligue du Lol pendant six mois sur Twitter. Quand Edouard Philippe le fait, c’est tout simplement cool. Et je suis à ses côtés ce jour-là. Également en short, également barbu. J’ai juste l’air un peu coincé, mais je débute. Ma stratégie, la voici : ne pas brûler les étapes, comme dans les courses d’endurance. Quitte à mettre un coup de collier dans le dernier virage.

J’y vais pas à pas : une petite vidéo de bonne année puis la création d’un club-association pour écouter l’avis de la population… Je l’ai appelé Citynov. C’est très anglo-saxon mais je n’avais pas mieux, tous les jeux de mots avec ‘Tours’ étant déjà pris. Mais là n’est pas l’essentiel. Ce qui compte c’est de faire de Tours le nouveau Le Havre. Cette ville dont personne n’attend plus grand-chose mais qui saura montrer les muscles au bon moment pour faire la Une. Et comme ça ne passera clairement pas par le foot, ça ne coûte rien d’essayer avec la politique. Enfin si, le prix d’un short. »

Print Friendly, PDF & Email