ArticleChroniquesChroniques-Culture

Le temps d’un 16 mesures #9 : Le Carré, quatre éléments dans un seul corps.

37 degrés est allé à la rencontre du groupe de hiphop local « Le Carré » quelques jours avant la sortie de leur EP éponyme. Composés de quatre Mcs du nom de Waxo, 1fame, Scarab’ et Djiloul et accompagné du DJ DirtyFingaaz, ils organisent pour l’occasion une release party le 24 février prochain.

Rencontre avec ces « artisans prêt à passer à l’étape suivante ».

Vous êtes présents chacun de votre côté depuis plusieurs années dans le mouvement hiphop local, mais vous dîtes que le groupe « le Carré » est né sur scène. Qu’entendez-vous par là ?

1fame : On avait différents groupes et on s’est rencontré sur des plateaux communs. Par la suite, on a fait des sets ensemble et on a vu que ça fonctionnait plutôt bien donc on s’est dit que ça pourrait être intéressant que l’on forme un groupe. C’est pour cela que l’on dit que le groupe est né sur scène.

Vous sortez un EP le 24 février prochain intitulé « Le Carré ». Combien de morceaux le compose et à quoi le public doit s’attendre ?

Scarab’ : L’EP est composé de sept morceaux. Dedans, on travaille des rôles même si on n’est pas acteurs. On ne veux pas juste « poser pour poser ». On souhaite raconter une histoire, accrocher le public, l’emmener avec nous…

Waxo : Ouais c’est ça. Le public doit s’attendre à un rap un peu engagé avec des sonorités actuelles.

A l’écoute de l’EP, selon moi, vous mettez en avant des engagements, une critique d’une partie du hiphop actuel et de la société en général. Vous exprimez comment vous avancez au milieu de tout cela malgré tout. C’est un EP critique mais pas défaitiste bien au contraire.

1fame : Ouais c’est cela, un EP hybride qui mélange tout, avec des engagements, des sonorités qui ambiancent car comme on le disait, c’est un groupe qui est né sur scène donc notre force elle est là.

Justement, vous laissez une place au scratch en ouverture de l’EP et Dirtyfingaaz est présent avec vous sur scène. Pourquoi ce choix artistique quand une partie de la scène hiphop tend plus vers les machines que les platines.

Scarab’ : Même si des groupes de hiphop se tournent plutôt vers les machines et l’électronique, nous on souhaite garder ce petit grain amener par les platines, ça dynamise les morceaux.

Djiloul : Cela s’est fait naturellement aussi. On est de l’ancienne école et on voulait avoir cet effet-là même si nos instrus sont actuelles. On voulait faire un mix entre les sonorités du moment et celle de nos racines hiphop.

Waxo : Le DJ a aussi sa parole dans un groupe. C’est totalement un membre du collectif, il va structurer le set, il va cuter quand il le faut…

Dirtyfingaaz : Scéniquement, c’est quand même plus intéressant de voir quatre MCS avec un gars derrière, qui a un vrai rôle plus important que de simplement appuyer sur play pour lancer l’instru.

Quelles types de Prods sont à retrouver sur ce projet et d’où viennent-elles ?

Djiloul : Je suis à l’origine de la plupart. On peut retrouver des prods trap, mélange de new school et old school… Comme on le disait précédemment c’est hybride !

Scarab ‘ : C’est Darkness music ! (NDLR studio d’enregistrement de Djiloul)

13307421_776934165776742_2318898242069467036_n

Un EP basé sur l’énergie. Pas de chansons épurées ou mélancoliques. C’est un choix ou alors cela s’est fait naturellement ?

Waxo : Au final ça s’est fait comme ça. Sûrement parce qu’encore une fois le groupe s’est formé sur scène.

Ce qui n’exclut pas que sur le prochain projet on puisse en trouver :

Waxo : Bien évidemment !

Pour accompagner la sortie de l’EP vous organisez une release party. Celle-ci est en coproduction avec l’association Les Hommes Verts (entre autres, organisatrice du festival « Le Potager électronique »). D’où est né cette collaboration ?

1fame : Elle est née de notre ingénieur du son, Mess ‘. Il les connaît très bien et l’association s’est proposé pour nous aider. C’est avec grand plaisir que nous avons accepté.

Pouvez vous nous présenter qui vous accompagne durant cette soirée et pourquoi ce choix ? 

1fame : Pour animer la soirée il y aura M.I.C.K. C’est un activiste du hiphop depuis des années sur Tours. C’est un peu notre doyen à tous. Quand il y a un événement hiphop, on le sollicite. Ensuite , il y aura DJ Dreff. C’est pareil, c’est un ancien, un très bon DJ. Artillerie de salopards sera présent en première partie et puis le Carré. DJ Dreff terminera la soirée en mode blockparty : du bon son hiphop pour que tout le monde s’amuse quoi !

Si je souhaite venir à votre soirée, quelle est la démarche à suivre ?

DirtyFingaaz : Vous allez sur la page du Carré sur Facebook, « lecarréHH » et vous nous laissez votre petit nom en message privé.

Waxo : Pour la réservation c’est simple, les 50 premières places sont à 5€, les suivantes à 8€. Chaque place est accompagné du CD.

1fame : C’est au 4 rue Montesquieu à Tours, proche de la place Velpeau, de 19h à minuit !

Un dernier mot pour les lecteurs de 37 degrés et les auditeurs de Radio Campus Tours ?

1fame : On vous invite à venir nombreux le 24 février prochain puis le 26 avril au Temps Machine pour la première partie de Cabadzi. Rendez vous sur la page facebook et abonnez vous à la page Youtube du Carré. On a sortit le clip de « Ce qu’ils te donnent », le premier extrait de l’Ep.

Il y en a d’autres qui arrivent. Mais il y aussi les projets des différents gars du groupe comme Waxo avec « Afromatix », Prohi-B « le Devis » ou encore « Folie douce » de Scarab’. La plupart sont à retrouver sur hauteculture.com. Plein d’autre chose arrivent…

Un degré de plus :

> Plus d’informations sur le Carré sur leur page facebook

Une chronique en partenariat avec « hip-hop is not dead », une chronique réalisée par Loann pour l’émission de Radio Campus Tours 99.5 FM intitulée Wabam Cocktail.

997030_1626124800955010_7267281790166317425_n
22489988_10155671787656390_2389067037763822030_n
Print Friendly, PDF & Email