ChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #221 : Culture masquée

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

La crise du coronavirus a rendu le masque indispensable pour limiter les risques de contamination. Le porter est même obligatoire dans les transports publics, dans certains magasins, et bien sûr pour de multiples professions. Ce rempart efficace contre la maladie a le désavantage de cacher nos sourires. Adieu les coins de lèvres qui se dressent, réflexe souvent contagieux mais inoffensif.
L’espace public autrefois lieu de rencontres, de flâneries, d’espiègleries… devient une zone où un danger nommé Covid-19 semble capable de surgir à tout instant. On s’écarte les uns des autres, on se lance des regards méfiants au moindre éternuement… Toute personne sans masque s’avère suspecte. La crise sanitaire sature nos esprits et exacerbe nos craintes. Néanmoins, nous sommes persuadés que l’on peut toujours s’épanouir et que les occasions de le faire vont rester innombrables.

Pour cela, nous avons besoin des artistes. Partout dans le monde, de nombreuses créations ont entrepris de dépeindre ce monde infecté, confiné, masqué. Emulation bienfaitrice ! Salutaire, mais insuffisant néanmoins, car comme semble nous le rappeler cette statue masquée et ce banc vide devant : la culture tousse et est bien malade. Une culture sous masque à qui un traitement de choc sera nécessaire pour la remettre durablement d’aplomb.

Print Friendly, PDF & Email