ChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #217 : De l’art d’utiliser le mot « caca »

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Quand j’étais petit, je me souviens d’une affichette dans les toilettes d’une maison familiale. En gros, on y lisait que les garçons avaient tout intérêt à vérifier la propreté des WC après avoir tiré la chasse, question de civisme. Deux décennies plus tard, en partance pour un reportage, je constate que la mode des petits mots n’est pas retombée. Accroché à un poteau près de la Place de Strasbourg, ce papier pue l’exaspération. Je l’imagine écrit la chaussure encore imprégnée de quelques échantillons de matière fécale canine (et bon appétit si vous êtes à table, selon la formule consacrée).

D’ailleurs, je ne sais jamais, c’est le pied droit ou le pied gauche dans la crotte qui porte bonheur ?

En période de campagne électorale, aucun candidat de Tours n’a (encore) imprimé noir sur blanc de proposition choc pour résoudre l’épineux problème des déjections canines, essentiel car souvent abordé lors des réunions publiques. Sûr que le premier à le faire gagnera au moins la sympathie de la part de l’auteur ou de l’autrice de cette affichette qui propose une idée avec ce concept de livraison à domicile. Possible aussi que certaines listes aient été démarchées par une entreprise bordelaise qui n’a rien trouvé de mieux que de proposer aux communes l’analyse des rejets digestifs de toutous abandonnés sur le trottoir pour traquer leur ADN puis verbaliser les propriétaires. Apparemment en mal de clients, elle guette les articles sur la propreté urbaine dans la presse puis s’empresse d’écrire aux journalistes dans l’espoir d’un relais médiatique.

Je peux en témoigner, j’ai moi-même été destinataire d’un de ses mails qui a fini là où tous les cacas de chien devraient atterrir : à la corbeille.

Merde ! Je n’ai pas pu me retenir… Pendant trois paragraphes j’ai fait l’effort d’utiliser des synonymes mais ayant la réputation de ne pas avoir un style d’écriture constipé ça devait obligatoirement sortir. En vrai, il faut bien avouer que ça a un petit côté divertissant de placer le mot « caca » dans un article de presse, d’autant plus quand on a un alibi tout trouvé avec cette affiche où on peut le lire deux fois. Au passage, connaissez-vous beaucoup de mots de la langue française qui – comme « caca » – suscitent à la fois dégoût et rictus immédiat.

A méditer, si vous avez un peu de temps devant vous…


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email