L'actualité Tourangelle à la bonne température
ArticleChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #128 Appauvrissement du langage place du Monstre

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Signes des temps #128

Bon déjà y’en a qui vont tout de suite dire que dire «place du Monstre» au lieu de «place du Grand Marché» c’est déjà un appauvrissement du langage. Comme «Jean Jau» au lieu de «Place Jean Jaurès» et «Plum» pour «Place Plumereau»… C’est vieux comme le Monde : le jeune ne respecte plus rien. La grande question sociologique ultime étant : que devient le jeune qui ne respecte rien quand il devient adulte ? (Une intéressante variante de «que devient ton poing quand tu tends les doigts ?»…)

C’est pourtant simple : ça devient un vieux con qui respecte plein de trucs qu’il ne respectait pas quand il était jeune, et qui continue quand même à ne pas respecter tout un tas de trucs futiles pour se sentir exister un peu, comme… heu… tiens, les jeunes, par exemple. La boucle serait parfaitement bouclée, donc. Et le conflit de générations est un truc génial qui s’auto-régénère comme un bon vieux virus des familles.

Bref, quelle mouche a piqué celle ou celui (ça donne quoi, ça, en inclusive ? «cell-ui», «ce-lle-lui» ?) qui a pris le risque de monter à trois mètres de hauteur pour corriger une faute qui n’en est pas une (tout en omettant d’ajouter l’accent grave, en plus). Pire : pour contribuer à l’appauvrissement de la langue, déjà bien entamé grâce à la télévision, les réseaux sociaux et la résignation des profs et des recruteurs qui ouvrent désormais les portes du paradis des diplômes et de l’emploi à des gens capables de faire dans une lettre plus de fautes qu’elle ne contient de mots.

Bah ouais gros : «cuiller» c’est tout à fait correct, donc pas la peine de s’exciter la nouille. Ni d’aller risquer de se rompre le cou (si c’est pas de la vieille expression désuète qui déchire sa race, ça, tiens) pour monter barrer le «f» de la rue de la Clef. La liste des petites bizarreries lexicales est longue et il va devenir urgent de les classer «monuments historiques» ou «espèces en voie d’extinction».

Urgent, en somme, de mettre en pratique la plus belle résolution 2018 qui soit : devenir enfin un vrai vieux con.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.