ArticleChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #127 Vous saurez tout sur le chichi, Porte de Loire

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

sdt-127

Le chichi est à la gastronomie ce qu’un petit coup vite fait est au grand amour. Une envie brute à assouvir immédiatement, debout dans la rue, sans aucun raffinement, qui dure quelques minutes, trop intense pour être supportable par ton corps à long terme sous peine d’implosion. Versus un truc longuement mijoté, aux ingrédients aussi rares, précieux et nombreux que mystérieux (et que l’on met une éternité à rassembler et à assembler), qui se savoure sur la durée dans des lieux confortables et mûrement sélectionnés, à la déco souvent feutrée et apaisante, avec douceur et langueur, et qui fait vivre plus longtemps.

Bon, on va pas se mentir : l’origine du mot chichi est sans ambiguité aucune. C’est un vieux mot marseillais cousin du zizi (essayez de prononcer «zizi» en mangeant un chichi et vous comprendrez tout de suite le lien) et c’est parce qu’il est de forme phallique que ce beignet champion du monde des plages et des fêtes foraines a pris ce joli nom. Du coup, je ne peux que regretter que personne n’ait eu la riche et belle idée de le baptiser quéquette ou zob, sinon la photo ci-dessus aurait eu une autre gueule.

… (Cette petite pause pour vous laisser imaginer la photo ci-dessus avec écrit «zob» ou «quéquette» à la place de «chichi» vous est offerte par l’industrie du sucre et de l’huile de palme) …

Bon évidemment mes(dames)sieurs – oui ben quoi, on nous a dit d’adopter l’écriture inclusive alors on s’applique – si vous avez le pénis jaune et strié qui sent fort l’huile et la vanille, nous vous conseillons de consulter au plus vite.

C’est sur ce magnifique spectacle de fin d’année avec tous ces promeneurs et ces promeneuses avec des quéquettes, heu non pardon, des chichis à la main ou dans la bouche, que nous allons tranquillement entamer notre petit break d’hiver, histoire de revenir en pleine forme début janvier avec plein de nouvelles photos volées dans les rues de Tours.

Allez, surtout pas de chichis entre nous : on se fait la bise !

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email