ChroniquesChroniques-Société

[On aurait pu vous en parler] Le congrès national de cardiologie pédiatrique congénitale à Tours

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations pour relayer des événements forcément incontournables. Certains reviennent carrément tous les ans, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi.

Enseigne de bricolage, banque, syndicats… Tours est souvent le lieu de rassemblement de congressistes venus de toute la France voire de l’étranger pour des réunions probablement passionnantes, mais surtout un délicieux moment de team building en bord de Loire. En se mettant en 4 pour accueillir ce genre d’événement, la ville espère secrètement qu’une part non négligeable de cette foule reviendra dans le coin pour une semaine de vacances, une cousinade, ou au moins une correspondance de 12 minutes en gare de Saint-Pierre-des-Corps. Tant qu’on peut les inclure dans une statistique quelconque, ça fera l’affaire !

Certains congrès font beaucoup parler d’eux, comme celui de La République En Marche à la rentrée 2018. Il avait attiré dans son sillage les caméras des chaînes d’information en continu… qui n’ont pratiquement filmé de Tours que l’esplanade face au Vinci. Pour la carte postale, c’est raté. En revanche assister à la scène permettait de profiter de masterclass gratuites de langue de bois. C’était une autre époque, François de Rugy pouvait encore manger du homard tranquille, Greta Thunberg n’était pas encore célèbre et une voiture avec un gilet jaune accroché sur le siège passager pouvait juste se faire réprimander pour acte de mauvais goût (désormais, le même véhicule risque d’être pris en filature au cas où ses propriétaires iraient se débarrasser de reliques du Fouquet’s à la déchèterie le jeudi après-midi).

Il y a donc ces congrès qui attirent instantanément l’œil médiatique. D’autres… moins. Comme celui de la semaine dernière : le congrès national de cardiologie pédiatrique congénitale. En gros, les maladies du cœur chez les enfants. Pas moins de 180 pédiatres et chirurgiens rassemblés dans la même ville, environ 1 800 années d’études à eux tous. Et, statistiquement, sans doute quelques amateurs ou amatrices de homard.

C’est important la cardiologie pédiatrique : « Tours est le seul hôpital du Centre-Val de Loire à proposer cette prise en charge très spécialisée ; et le recrutement dépasse largement les frontières de la région puisque des collaborations étroites existent avec les villes de Poitiers, Niort, Saumur, Le Mans… L’équipe médico-chirurgicale réalise chaque année près de 200 interventions chirurgicales pédiatriques et une cinquantaine chez l’adulte congénital. Environ 150 cathétérismes sont également pratiqués annuellement » lit-on dans le communiqué qui annonce l’événement (si vous n’avez pas compris tous les mots, ce n’est pas grave. Retenez juste l’orthographe, ça peut servir au Scrabble).

C’est beaucoup plus important que le retour de la série Good doctor de TF1 et que l’attente de la décision pour savoir qui sera candidat LREM officiel à la mairie de Tours. C’est plus important que l’absence de gagnant au Super Loto du vendredi 13 ou que l’installation d’un nouveau radar sur l’A10, entre deux zones de bouchons. C’est même plus important que l’un des plus grands mystères de tous les temps : « mais il y a quoi, sous leur blouse ? »

C’est important, et on aurait pu vous en parler. On vous en parlera – peut-être – la prochaine fois.

Print Friendly, PDF & Email