ChroniquesChroniques-Politique

[Dans la tête de…] Marion Nicolay-Cabanne, en première ligne

Inaugurations, prises de parole publiques… Dans ces instants, les politiques sont au sommet de leur art et se mettent en scène, n’hésitant pas à partager le tout sur leurs réseaux sociaux. Des instants de com’ privilégiés qui se répètent à l’envie. Mais que se passe-t-il dans leur tête au moment de la photo ? A la rédaction de 37 degrés, on est du genre indiscrets et on a trouvé le moyen de s’infiltrer dans le cerveau de nos élu(e)s pour humer le fond de leurs pensées. On a longuement hésité avant de conclure qu’on ne pouvait pas garder ça pour nous… Évidemment les photos sont réelles, les commentaires moins…

Cette semaine, découvrez les pensées profondes de la première adjointe de la mairie de Tours Marion Nicolay-Cabanne (LR).

« Pas de doute, Christophe Bouchet est à l’aise en public. Pas besoin de lui écrire un texte, il a tous les arguments en tête. Sûr qu’Emmanuel Macron a copié sur son style pour animer les réunions publiques du Grand Débat, à moins que ce ne soit l’inverse… Faudrait que je lui demande, mais j’ai peur de paraître insolente, et vu qu’en ce moment l’ambiance est morose dans la majorité, ça pourrait se retourner contre moi.

En tout cas depuis qu’il est arrivé à la tête de la mairie fin 2017, Christophe Bouchet a dépoussiéré la com’. Tous les mois, on fait un Facebook Live ensemble pour répondre aux questions des citoyens. Le gros avantage d’Internet, c’est la diversité du public. Avant, les réunions de quartier c’était surtout crottes de chien et encombrants. Là, il y a bien le lobby – un peu relou – des cyclistes qui veut remplacer l’A10 par une piste cyclable géante mais sinon on nous parle Grands Projets, vie culturelle… Y’a du fond.

Bon, c’est toujours un peu gênant quand arrive le moment fatidique de la question sur le haut de la Rue Nationale, mais le maire trouve une pirouette à chaque fois. Et si vraiment ça tourne au vinaigre on les endort avec le Plan Lumière qui, lui, a abouti. Ça passe comme une gabare sous le Pont Napoléon. Tellement convaincant que je me verrais bien être sur la photo de l’inauguration de ces fichus hôtels. Mais pour ça, va falloir se faire réélire en 2020, tâche au moins aussi délicate qu’un bon résultat de la France à l’Eurovision et qu’une réconciliation de Christophe Bouchet avec le président du Département Jean-Gérard Paumier… »

Print Friendly, PDF & Email