ChroniquesChroniques-Culture

[La playlist de la Rédac] Finir en beauté #10

« Le vengeur masqué est noyé dans la masse. »

En imposant le masque, l’humanité avait anticipé deux catégories : les gens qui portent le masque et les gens qui n’en portent pas. Ils n’avaient pas prévu une troisième espèce, croissante : ceux qui le portent sous le menton, comme un collier. Les mi-masqués ? Ce côté « je me fais chier à me procurer un masque et à le mettre sur moi avant de sortir » aurait quelque chose de touchant si on était encore un tant soit peut indulgents face à la connerie humaine qui continue de déferler sur la planète beaucoup plus vite que n’importe quel virus. Mais non : on a juste envie de leur botter les fesses (rappel utile : le coup de pied au cul ne transmet pas le virus).

Une bonne nouvelle malgré tout : notre vocabulaire s’enrichit. Après « confinement » nous avons découvert « déconfinement » et désormais la menace d’un « reconfinement » plane au-dessus de nos têtes comme un aigle noir. Si ça se passe comme ça, aura-t-on droit à un « redéconfinement » à l’automne ? Pendant ce temps-là l’inaudible Académie Française tape du poing (tremblotant, le poing) sur la table pour que 70 millions d’illettrés potentiels disent « la » covid-19 et non « le », alors que pour 95 % de la population le virus et la maladie qu’il provoque ne font qu’un, sous le joli nom de Coronavirus, « Corona » pour les intimes, le masculin s’imposant face à la bière du même nom, qui soit va soit exploser ses ventes grâce à l’humour noir légendaire du buveur de bière, soit mettre la clé sous le tapis de l’anathème et disparaître corps et âme, tout comme le check, la bise, la poignée de main et la bonne vieille engueulade pleine de postillons.

Une seule chose est sûre : on va s’emmerder ferme sans concerts cet été, à moins qu’une fois les barrières levées, un paquet de gens en improvisent plein en quelques semaines. On peut toujours rêver. En attendant, cette 10e playlist vous embrasse bien fort.

 

 

Si vous avez raté les épisodes précédents, ils sont là

Print Friendly, PDF & Email