ChroniquesChroniques-Société

[La bouteille du week-end] Vouvray brut 2011, Cuvée Clément, Domaine de la Galinière

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Vouvray brut 2011, Cuvée Clément, Domaine de la Galinière

Je n’ai jamais très bien compris pourquoi l’immense majorité des vins effervescents de Vouvray ne font pas mention de leur millésime. En Champagne, la majorité des bouteilles ne portent pas non plus de millésime. On appelle ça des BSA, des « Bruts sans année ». Mais en Champagne cette tradition permet aux maisons et aux vignerons d’assembler plusieurs millésimes afin que la cuvée soit d’une qualité constante, sans effet millésime. On pourrait faire de même à Vouvray mais on ne le fait pas : dans l’immense majorité des cas, les bouteilles de fines bulles contiennent un seul millésime. Il me semble donc incompréhensible, puisqu’on n’assemble pas les millésimes, qu’on n’indique pas sur l’étiquette l’année de production du vin…

D’où ma joie de trouver chez un caviste un Vouvray brut 2011 ! En matière de vins effervescents, plus l’élevage sur lattes, avant dégorgement, est long, et plus les bulles seront fines et parfaitement intégrées au vin. C’est donc un vrai gain qualitatif, si le vigneron parvient à garder du stock, de pouvoir mettre sur le marché des vins ayant déjà un peu de bouteille.

Ce Vouvray brut 2011 confirme cette théorie. Sa jolie robe dorée, éclatante et lumineuse, met en appétit.

Le nez est riche est complexe : on y décèle à la fois des notes beurrées et briochées, mais également des notes d’ananas, presque même d’ananas caramélisé tant on devine déjà la belle maturité des raisins.

En bouche, la bulle est d’une extrême finesse. Une bulle minuscule, omniprésente, parfaitement intégrée dans le vin, qui vient chatouiller la bouche comme une caresse. On est parfaitement à l’opposé de la désagréable impression de « Perrier » que donne trop souvent des vins effervescents vite fait mal fait…

On retrouve en bouche les saveurs de brioche et de beurre qu’on avait décelées au nez. C’est gras, ample et généreux.

En finale, une légère acidité et un soupçon d’amertume ajoutent de la complexité à cet ensemble très harmonieux.

Le vin garde une persistance aromatique impressionnante après qu’on l’a avalé, comme pourrait le faire un grand chenin sec. Et je suis toujours ravi de constater qu’un vin effervescent peut égaler la qualité d’un vin tranquille !

Il y a suffisamment de tonus et de vitalité dans cette belle bouteille pour qu’elle ne soit pas nécessairement cantonnée à l’apéritif. Elle pourrait faire merveille, par exemple, pour accompagner un plateau de fruits de mer.

Vouvray brut 2011, Cuvée Clément, Domaine de la Galinière

Lieu-dit La Galinière,

37 210 Vernou-sur-Brenne

Tél. : 02 47 52 15 92

* 10,20 € aux Flaveurs de la Terre
7, rue Balzac

37 600 Loches

Tél. : 02 47 59 08 91

http://lesflaveursdelaterre.com

Sur Facebook : https://www.facebook.com/cavisteloches

Print Friendly, PDF & Email