ChroniquesChroniques-Société

[La bouteille du week-end] Touraine sauvignon 2018, Domaine des Echardières

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Dans le Val de Loire, qui est une mosaïque d’appellations, trois cépages blancs se partagent la vallée, implantés en fonction du gradient climatique qui, de l’ouest vers l’est, module l’influence climatique du « vent de galerne » qui fait pénétrer dans la vallée le climat océanique.

On trouve ainsi un tiers de Melon de Bourgogne, le cépage du Muscadet, planté à l’extrême ouest. Un tiers de chenin, planté depuis l’Anjou jusqu’à Amboise, qui marque sa limite. Et un tiers de sauvignon, le cépage le plus aromatique des trois, dont le territoire s’étend depuis la vallée du Cher jusqu’à Sancerre.

Mais il existe deux expressions possible du cépage sauvignon : un sauvignon récolté à juste maturité qui développe, à partir de précurseurs aromatiques présents dans le jus de raisin et qu’on appelle des thiols, des arômes de buis, de genêt et de bourgeon de cassis. Et un sauvignon surmûri, élevé plus longuement, qui exprime plutôt des arômes de fruits exotiques.

Dans la vaste appellation Touraine, ces deux expressions du même cépage furent longtemps mélangées, créant la confusion auprès du consommateur.

Depuis 2011, grâce à la création des AOC Touraine-Chenonceaux et Touraine-Oisly, les choses sont plus claires ! L’AOC Touraine développe l’expression variétale du sauvignon, alors que les deux nouvelles AOC cultivent un sauvignon sur les fruits exotiques, avec plus de complexité.

Ça clarifie les choses sans rien enlever aux mérites du sauvignon de l’AOC Touraine. Luc Poullain, qui est tout à la fois vigneron en Touraine et président de l’AOC Touraine-Chenonceaux le sait bien. Et il le prouve avec son Touraine sauvignon 2018.

Dès l’ouverture de la bouteille, le premier nez révèle toute la puissance aromatique du cépage.

Ça sent le buis, le genêt, le bourgeon de cassis et ce cocktail d’odeurs est particulièrement intense.

La bouche confirme les premières sensations olfactives mais l’ensemble, malgré la puissance des arômes, reste particulièrement frais. Rien de lourd dans ces parfums concentrés, mais au contraire un vin blanc qui équilibre parfaitement l’intensité et la fraîcheur.

La fraîcheur est d’autant plus respectée que la dégustation se termine sur des notes d’agrumes, essentiellement de pamplemousse, mais peut-être chatouillées par une touche de citron.

C’est un joli vin de vacances, compagnon idéal de vos huîtres ou de vos moules. Il a cependant assez de caractère pour accompagner des poissons, qu’ils soient simplement grillés ou cuisinés en sauce. Et si vous préférez rester dans les accords régionaux, ce Touraine sauvignon sera sublime avec un fromage de chèvre de la région. Mais un fromage mi-sec car, avec les fromages plus frais, on préfèrera une cuvée fruitée de Saint-Nicolas de Bourgueil ou de Chinon.

Touraine sauvignon 2018, Domaine des Echardières

9 rue de la Brosse

41110 Pouillé

Tél. : 06 80 64 27 77

http://www.domaine-echardieres.com

* 8,50 € à la cave 22 sur vins
22, rue Néricault Destouches, 37000 Tours,
Tél. : 02 47 66 10 16
Sur Facebook : Facebook.com/22survins/

Print Friendly, PDF & Email