ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Touraine Primeur 2018, Henry Marionnet, Domaine de la Charmoise

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

« Alors ce Beaujo… » Il faut encore empêcher quelques amis de finir leur phrase, tant qu’ils n’auront pas compris que notre vin nouveau à nous, notre fête du troisième jeudi de novembre, c’est le Touraine Primeur ! Appellation d’Origine Contrôlée depuis 1979. Et tradition bien plus ancienne puisqu’en Touraine on avait l’habitude de « martiner le vin », c’est à dire de goûter le vin nouveau au moment de la fête de la Saint-Martin.

« Ok, ok. Alors il est comment ton Touraine machin ». Bah il est émouvant parce que c’est la première occasion de goûter le nouveau millésime. Il est respectable parce que les vignerons ont joué une course contre la montre pour le vinifier. Il est festif parce qu’il nous aide à oublier l’automne, pourvu que l’on sache réunir quelques charcuteries et quelques amis.

Ma bouteille du week-end, vous l’aurez donc deviné, c’est un Touraine Primeur !
Et tant qu’à faire j’ai choisi l’une des deux médailles d’or du concours du Touraine Primeur 2018.

Ça tombe bien, c’est celui d’Henry Marionnet, du Domaine de la Charmoise à Soings-en-Sologne. Techniquement, même si Henry n’est pas loin, c’est son fils Jean-Sébastien qui l’a vinifié. Mais on a plaisir à évoquer Henry, le Pape du Touraine Primeur, presque son créateur. Celui qui était de toutes les grandes fêtes qui ont fait connaître la Touraine à Paris, quand Jack Lang réunissait Jean Carmet et quelques vignerons au Fouquet’s.

Jean-Sébastien a visiblement été à bonne école. Dès l’ouverture de la bouteille, ce rouge vinifié sans sulfite, vous envoie au nez un riche bouquet fruité.

De la framboise, de la cerise. Dire que ça sent la banane serait une insulte tant le terme nous rappelle les mauvaises heures industrielles du Beaujolais nouveau. Même si la macération carbonique, qui consiste à laisser fermenter les grappes entières, a bien donné ces arômes amyliques qui peuvent évoquer ce fruit.

La couleur est profonde, signe de la qualité d’un millésime 2018 qui nous donnera de grands vins rouges.

Et en bouche, c’est rond, c’est gouleyant, c’est très aromatique, et la dégustation se termine sur une finale fraîche.

Tout cela est parfaitement caractéristique de ce que l’on peut attendre d’un Touraine Primeur bien fait !

Il faudrait donc être bien sot pour bouder ce petit plaisir de la vie : chaque année, à partir du troisième jeudi de novembre, chacun a droit à sa gorgée de Touraine Primeur, pour fêter dignement le nouveau millésime !

Touraine Primeur 2018, Henry Marionnet, Domaine de la Charmoise

Domaine de la Charmoise

La Charmoise

41230 Soings-en-Sologne

Tél. : 02 54 98 70 73

https://www.henry-marionnet.com

* 6,90 € aux Belles Caves
21, rue du Commerce

37000 Tours
Tél. :
02 47 61 03 99
http://www.lesbellescaves.com

Sur Facebook : https://www.facebook.com/lesbellescaves/

Print Friendly, PDF & Email