ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Touraine Chenonceaux blanc 2015, Phillo, Les Pierres d’Aurèle

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Je vais vous confier un secret : vous pouvez acheter des vins de l’AOC Touraine Chenonceaux les yeux fermés. Que ce soit en rouge ou en blanc, vous ne serez jamais déçus. Cette AOC est d’une homogénéité qualitative, jamais démentie. Et pour le comprendre, il faut entrer un peu dans les coulisses des AOC. Pour qu’un vin porte sur l’étiquette son « Appellation d’Origine Contrôlée », il doit être dégusté à l’aveugle par les vignerons de l’appellation. Mais lorsque le vin est moyen, les vignerons hésitent parfois à le refuser… Parce que ça pourrait être leur vin, ou celui de leur cousin, ou celui de leur voisin… Et qu’un refus d’AOC renvoie le vin en « Vin de France » et compromet ses chances d’être vendu. Ce laxisme est tellement répandu qu’il a même un nom : dans le milieu, on appelle ça « l’agrément social ». Mais il existe aussi des AOC, comme Touraine Chenonceaux, qui sont des appellations hiérarchisées : si le vin est refusé, il ne redescend pas en « Vin de France » mais redescend seulement en AOC Touraine, ce qui ne compromet pas la possibilité de le vendre. Aussi, on ne pratique pas « l’agrément social » et on hésite moins, lors des dégustations, à refuser un vin jugé un peu moyen. C’est pour cette raison que les AOC hiérarchisées sont particulièrement qualitatives.
Ce que prouve, une fois encore, ma bouteille du week-end, le Touraine Chenonceaux blanc 2015 « Phillo » du domaine Les Pierres d’Aurèle.

Les reflets dorés de la robe donnent une première impression positive : on sent qu’on va déguster une matière ample et concentrée.

Au nez, ça sent le sauvignon bien mûr : des notes de fruits jaunes comme par exemple des pêches.

Mais c’est en bouche que le vin se révèle pleinement.

On y retrouve la pêche, dans un cocktail plus complexe qui mêle aussi de l’ananas ou du litchi.

La note finale est fraîche, salivante, gourmande.

Surtout, l’ensemble est merveilleusement bien équilibré : une pointe de sucres résiduels à peine perceptible, une acidité indécelable mais suffisamment présente pour apporter de la fraîcheur au vin, un gras qui tapisse agréablement la bouche, une persistance aromatique qu’on savoure longtemps après avoir dégusté.

Il faut mettre une bouteille au frais pour un joli déjeuner dominical. Ça donne terriblement envie d’aller faire son marché et de trouver quelques huîtres ou un joli poisson à cuisiner. Un joli mulet à l’échalote, ou une dorade au fenouil… Et « Phillo » fera le reste. Et pourquoi, me demanderez-vous, cette cuvée s’appelle-t-elle Phillo ? C’est un hommage à Louis Pasteur qui avait compris déjà qu’ « il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres » !

* Redécouvrez également mes commentaires sur le Touraine-Chenonceaux blanc 2015, cuvée Oneiros du Domaine Sauvete et le Touraine-Chenonceaux rouge 2016 du Clos Roussely

Touraine Chenonceaux blanc 2015, Phillo, Les Pierres d’Aurèle
1, la Chauverie
41400 St Georges sur Cher

Tél. : 02.54.75.94.73

http://www.lespierresdaurele.com

Sur Facebook : https://www.facebook.com/lespierresdaurele/

 9,90 € à la cave 22 sur vins
22 Rue Néricault Destouches, 37000 Tours,
Tél. : 02 47 66 10 16
Sur Facebook : Facebook.com/22survins/

Print Friendly, PDF & Email