ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Quincy 2017, La Berrycurienne

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Alors que les toutes premières appellations d’origine contrôlées furent reconnues en France par un décret du 15 mai 1936, l’appellation Quincy peut se prévaloir d’être la toute première AOC du Val de Loire : elle fut officialisée avant toutes les autres par un décret du 6 août 1936.

L’appellation s’est pourtant moins développée que sa voisine Sancerre et, depuis 20 ans, c’est dans l’ombre de Sancerre que Quincy connaît un renouveau impressionnant.

Dans cette petite appellation de 300 ha, posée au bord du Cher, à mi-chemin entre Vierzon et Bourges, les « Berrycuriens » se sont fait remarquer autant pour les sympathiques manifestations qu’ils organisent que pour la qualité de leurs vins. Il s’agit d’une association de passionnés, non-vignerons, qui exploitent avec amour une vigne plantée sur le berceau de l’appellation, sur des terroirs cultivés dès le XIIème siècle par les moines cisterciens. La vinification est réalisée par Guillaume Sorbe, vigneron qui exploite des vignes à Quincy et Reuilly.

Leur cuvée « La Berrycurienne » 2017 est assez impressionnante.

La robe, d’un jaune assez pâle, présente un bel éclat.

On est surtout envoûté par le premier nez qui émane du verre : un nez très puissant et intense où domine les arômes végétaux. Ça sent le pin, le genêt, la résine…

Lorsqu’on agite le verre, le nez gagne en finesse et allie des arômes de fleurs blanches et une subtile note d’agrumes.

En bouche, cette opulence aromatique est largement confirmée. Si on retrouve quelques arômes floraux, ce sont cependant les agrumes qui prennent le dessus.

Le premier verre fini, ce beau cocktail d’arômes persiste assez longtemps. Il s’achève sur une note pleine de gourmandise, mariage de fruits exotiques et de bonbons acidulés.

Equilibrée et impressionnante, cette belle cuvée prouve, s’il en était besoin, que le cépage sauvignon peut donner des vins puissants et complexes. Elle se mariera à merveille avec des poissons et crustacés. Mais ce Quincy est assez puissant pour qu’on l’essaye aussi sur de la cuisine asiatique, même un peu épicée.

* Quincy 2017, La Berrycurienne

9, route de Boisgisson

18 120 Preuilly

Tél. : 02 48 51 07 99

* 13,25 € à Cave & Bouchon

3, rue Jean Perrin

37 170 Chambray-lès-Tours

Tél. : 02 47 38 94 77

Sur Facebook : https://www.facebook.com/Cave-Bouchon-1008515732540001/

Print Friendly, PDF & Email