ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie 2017, La Part du Colibri, Vincent Caillé

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

« Ne choisissez jamais une bouteille de vin parce que l’étiquette vous plait ». Voilà un conseil simple et basique que je donne souvent autour de moi. Mais en raison des paradoxes qui m’habitent, il m’arrive bien souvent de ne pas suivre mes propres conseils ! Et ma bouteille du week-end, je l’ai achetée uniquement pour son étiquette ! Je ne connaissais pas encore le vigneron – que j’ai croisé depuis – et j’ai seulement était séduit par le nom de la cuvée : « La part du colibri ».

J’adore ce conte amérindien qui nous rappelle que l’urgence de notre propre engagement ne saurait attendre l’engagement de nos voisins.

Je ne suis pas très fan de Pierre Rabhi, qui en a fait son emblème, mais j’adore le conte pour lui-même.

Vincent Caillé, lui, il a fait son petit colibri : il a converti son domaine en bio il y a déjà 23 ans, en 1996.

J’ai bien fait de me fier à l’étiquette. C’est bien la preuve, s’il en fallait une, qu’il ne faut pas écouter mes conseils !

La couleur jaune paille de ce muscadet sur lie m’a tout de suite laissé imaginer une belle maturité.

Au nez, le vin est joliment aromatique. Le bouquet est assez intense et complexe avec des notes florales, et des notes de fruits allant de l’ananas au pamplemousse. Pour un Muscadet, c’est très agréablement aromatique.

En bouche, le vin est tout de suite droit et tranché. Le perlant est à peine perceptible même s’il chatouille un peu la langue. Le vin propose surtout une belle vivacité qui réveille la bouche. On reçoit aussi la confirmation des ces notes d’agrumes qu’on avait devinées au nez. Et le gras, lié à l’élevage sur lie, donne du volume et de l’ampleur à cette cuvée.

C’est un vin qui est tout à la fois relativement simple et redoutablement efficace ! 75 cl de plaisir !

Et de toute évidence, comme le colibri, cette cuvée fait parfaitement sa part du travail !

Il ne me reste plus, à moi aussi, qu’a faire mon petit colibri : apporter ma pierre à l’édifice.

J’irai donc, à pieds, au marché, acheter une douzaine d’huîtres. L’huître c’est certainement la protéine animale qui a le meilleur bilan carbone. Même l’emballage est recyclable : je le donnerai à mes poules !

Je crois qu’avec une bouteille de « La part du colibri » et une douzaine d’huîtres, je n’aurai pas beaucoup d’efforts à fournir pour faire ma part du travail !

Il reste à trouver une terrasse et un rayon de soleil, et ça sent le bonheur à plein nez. Merci colibri !

* Pour ceux qui suivent, j’avais déjà crié mon amour du Muscadet ici et , parce que le Muscadet, on ne lui dit jamais assez combien on l’aime !

 

* Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie 2017, La Part du Colibri, Vincent Caillé

Domaine Le Fay d’Homme

3, les Côteaux

44 690 Monnières
Tél : 02 40 54 62 06

http://lefaydhomme.fr
Sur Facebook : https://www.facebook.com/VinceCaille/

* 12,30 € chez Cavavin

rue Paul Langevin
37 170 Chambray-lès-Tours
Tél. : 02 47 25 20 14
Sur Facebook : 
https://www.facebook.com/Cavavin-Chambray-152068941561088/

Print Friendly, PDF & Email