ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Grand Clos 2015, Bourgueil, Domaine Ménard

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Qu’il est agréable, lorsque l’on déguste un vin, de tomber sur une bouteille d’exception ! Un vin structuré, prêt à boire, mais possédant un potentiel de garde qui donne envie de le regoûter dans 5 ans ou dans 10 ans. C’est ce qui m’est arrivé avec le Bourgueil Grand Clos 2015 du Domaine Ménard, déniché chez Enfin du Vin.

Pour les amateurs de Bourgueil, « Grand Clos », c’est un terroir qui parle. Un lieu-dit-pentu, exposé plein sud, tout en haut des coteaux de la commune de Bourgueil. Un lieu que les moines de l’abbaye de Bourgueil, fondée en 980, avaient choisi comme l’un de leurs meilleurs terroirs et qu’ils avaient décidé de clore de murs pour en protéger les raisins.

Hervé Ménard partage avec d’autres vignerons quelques rangs de vignes au sein de ce Grand Clos. Ce vigneron-artisan, qui ne cultive pas plus de 4 ha, travaille ses vignes en agriculture biologique et laboure ses rangs à cheval.

Je ne suis pas certain que le labour à cheval améliore la qualité du vin, mais ça traduit certainement l’amour et la patience que le vigneron investit dans son métier !

Et cette cuvée a très certainement bénéficié d’amour et de patience !

Quand on verse ce Grand Clos dans le verre, on est d’abord surpris par la profondeur de ce vin couleur grenat. On s’attend tout de suite à découvrir une cuvée sérieuse et concentrée. Du coup, on est un peu décontenancé en mettant le nez au dessus du verre : ça sent la framboise, comme pourrait sentir un vin léger issu de cabernet franc, alors qu’on s’attendait à des arômes plus capiteux.

Si on prend le temps d’agiter le verre, on pourra découvrir quelques notes épicées, mais les fruits rouges restent cependant présents.

C’est en bouche qu’on confirme l’impression que nous avait donnée cette couleur grenat : le vin est bien présent en bouche, riche en tanins parfaitement mûrs et fondus, ce qui lui confère une belle structure.

Aromatiquement, on a un joli cocktail de fruits rouges, relevé de notes épicées. Ce sont ces épices qui resteront finalement en bouche, assez longuement, après avoir avalé le vin.

A Bourgueil, à Chinon ou à Saumur, les rouges issus de cabernet franc hésitent souvent entre le fruit et la structure. Il est plus rare de trouver les deux dans la même bouteille. J’ai pourtant toujours pensé que les cuvées les plus réussies parvenaient à trouver l’équilibre entre les arômes fruités et la structure tannique. C’est le cas de ce Grand Clos qui pourra être bu tout de suite sur des viandes en sauce, une côte de bœuf ou du gibier. Il gagnera aussi en puissance aromatique et en finesse si on l’oublie quelques années en cave.

Grand Clos 2015, Bourgueil, Domaine Ménard

6, rue de l’échelle

37140 Bourgueil

Tél. : 02 47 97 72 65

Sur facebook : https://www.facebook.com/domaine.menard.bourgueil/

14 € à Enfin du vin

1, route de compostelle

37500 Candes-Saint-Martin

Tél. : 02 47 95 07 61

Sur Facebook : https://www.facebook.com/enfinduvin/

Print Friendly, PDF & Email