ChroniquesChroniques-Politique

[Dans la tête de…] François Bonneau, le gourmand

Inaugurations, prises de parole publiques… Dans ces instants, les politiques sont au sommet de leur art et se mettent en scène, n’hésitant pas à partager le tout sur leurs réseaux sociaux. Des instants de com’ privilégiés qui se répètent à l’envie. Mais que se passe-t-il dans leur tête au moment de la photo ? A la rédaction de 37 degrés, on est du genre indiscrets et on a trouvé le moyen de s’infiltrer dans le cerveau de nos élu(e)s pour humer le fond de leurs pensées. On a longuement hésité avant de conclure qu’on ne pouvait pas garder ça pour nous… Évidemment les photos sont réelles, les commentaires moins…

Cette semaine, révélations sur les pensées du président PS de la région Centre-Val de Loire François Bonneau lors de sa tournée d’inauguration du Forum de l’Orientation de Tours.

« Cette gaufre est aussi savoureuse que les difficultés d’Emmanuel Macron. Depuis son élection j’ai toujours su qu’il n’avait pas pris la bonne orientation. Il aurait sans nul doute besoin des conseils avisés de nos CIO et une petite formation en diplomatie populaire. La région Centre-Val de Loire étant pilote en matière d’aides aux travailleurs, on peut sans problèmes lui trouver une place en apprentissage dans l’un de nos CFA. Après tout, il connait déjà les lieux puisqu’il est venu inaugurer les nouveaux locaux des Compagnons du Devoir l’année dernière à Tours. Sûr que ça lui offrirait une certaine Renaissance.

Le président et moi on risque d’ailleurs de se croiser cette année. Il ne peut pas passer à côté des 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire. Lui qui a fêté ses 40 ans à Chambord peut bien venir souffler des bougies avec les admirateurs de Léonard au Clos Lucé d’Amboise. Pour le convaincre, j’ai d’ailleurs passé commande d’un portrait de Brigitte Macron façon Joconde à un artiste de la région. On pourrait aussi organiser une partie de chasse à la recherche des derniers socialistes afin de les capturer et faire en sorte qu’ils ne s’enfuient plus chez LREM. Parce qu’entre les Verts et ceux qui ont de la sympathie pour les Macronistes, mon assemblée régionale sonne parfois comme un luth mal fagoté.

Mais je ne m’inquiète pas… Tel François Hollande sous la pluie, j’affronte les éléments et transforme les éclaboussures comme les fermetures de centres AFPA en torrents médiatiques. C’est mes copains des startups qui m’ont appris à fonctionner comme ça. Pour les remercier j’organise une semaine entière à leur gloire. En plus ils m’ont promis qu’ils allaient créer beaucoup d’emplois même si c’est aussi long à venir que les crédits pour rénover la ligne TER Tours-Loches… »

Print Friendly, PDF & Email