ChroniquesChroniques-Politique

[Dans la tête de…] Christophe Dupin, le winner

Inaugurations, prises de parole publiques… Dans ces instants, les politiques sont au sommet de leur art et se mettent en scène, n’hésitant pas à partager le tout sur leurs réseaux sociaux. Des instants de com’ privilégiés qui se répètent à l’envie. Mais que se passe-t-il dans leur tête au moment de la photo ? A la rédaction de 37 degrés, on est du genre indiscrets et on a trouvé le moyen de s’infiltrer dans le cerveau de nos élu(e)s pour humer le fond de leurs pensées. On a longuement hésité avant de conclure qu’on ne pouvait pas garder ça pour nous… Évidemment les photos sont réelles, les commentaires non…

Cette semaine, que pense Christophe Dupin, l’un des responsables tourangeaux d’EELV, candidat ecologiste aux législatives à Tours en 2017 ?

« Oh la la, oh la la, la la lère ! Je n’en reviens pas ! Les écologistes aussi hauts en Europe, en France et à Tours après les élections européennes c’est encore plus beau qu’une dissertation sans faute et sur papier recyclé rendue par un de mes élèves. Personne n’y croyait, et on a mis Les Républicains au tapis. Jadot superstar, Wauquiez super hagard ! Tellement beau que ça me donne envie de planter du fenouil autour des fontaines de la Place Jean Jaurès…

Bon, soyons honnêtes, ce n’est pas avec 12 puis 13 députés européens qu’on va expulser McDo hors de nos frontières et inciter les cantines à faire au moins 3 repas végétariens, sans glyphosate et sans emballages superflus chaque semaine. Mais déjà si on peut donner un peu d’urticaire à Emmanuel Macron à l’Elysée, et à Christophe Bouchet à la mairie de Tours ça suffira à mon bonheur, car mon score de 2017 était loin d’être aussi pimpant. Mes soutiens étaient alors aussi rares que les jours de neige en hiver dans le Val de Loire.

Désormais avec ma bande de potes nous sommes requinqués, prêts à partir en campagne à vélo pour envoyer les autres en retraite à la campagne. Sûr qu’avec cette poussée de votes verts EELV prend du galon dans les négociations pour une hypothétique union de la gauche. Cela dit, c’est fou qu’en 2019 on essaie encore de tenter ce genre d’accord alors que ça fait plus de 20 ans qu’on a pas réussi à trouver la bonne formule. Sans doute la preuve que tout n’est pas recyclable à l’infini… Mais chut, c’est un secret aussi bien gardé que le voyage en avion annuel d’Emmanuel Denis au Portugal…

Print Friendly, PDF & Email