VidéoChroniquesChroniques-Culture

Le clip de la semaine : «Kazikunu» de Frankie Goes to Point-à-Pitre

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

Le sens de la fête.

Evidemment, le premier truc qui nous vient au visionnage et à l’écoute de ce clip, c’est «du Compagnie Créole trash», «du zouk qui part en couilles». Mais pour les habitués de Frankie Goes to Point-à-Pitre, ces considérations doivent relever du cliché mille fois entendu. Cette pop low-fi qui tire vers la musique créole donc demeure néanmoins une énigme musicale qui ne cesse de nous enchanter depuis quelques années et qui devrait encore une fois être redoutablement efificace (entendre «génératrice d’auréoles sous les bras») lors de la soirée de samedi soir au Temps Machine où on te conseille de venir en famille, surtout avec les membres de ta famille qui ne sont pas allés à une soirée dansante depuis 25 ans et qui ont donc un potentiel de défoulement décuplé.

Inévitablement, l’ambiance salle des fêtes de ce clip signé Yannis Pachaud (lauréat du prix du «clip de l’année 2017» et déjà en lice celui de 2018, du coup) nous a rappelé ce désormais légendaire concert de la Compagnie Créole (la vraie) à la salle des fêtes de Veigné en juin 2015. Côté ambiance, c’est plutôt mortel dans ce clip avec la star de la soirée (il semble fêter son anniversaire) qui finit par faire un stage-diving absolument grandiose sur un parterre d’ours en peluche et de faire son intéressant, dans une chorégraphie endiablée et un service qui laisse à désirer (il coupe le gâteau avec la tranche de sa main, ouais).

C’est quand même la grande classe de pouvoir inviter Frankie Goes to Point-à-Pitre pour fêter son anniversaire avec ses amis les peluches, il y a de quoi rendre tous ses amis humains jaloux, d’ailleurs il n’y en pas un seul parmi les invités, c’est un signe. Dans un décor exotique et des chemises vraiment mortelles, notre trio distille son son avec brio et assure l’ambiance coûte que coûte, totalement impassible aux idioties du Monsieur Hulot/Mister Bean de la soirée. Seul bémol : on avait un peu vite interprété «Kazikunu» comme un synonyme de «Presque à poil» (et non comme un obscur mot japonais), mais le bonhomme finit tout habillé, conservant un peu de dignité quand même.

Un degré en plus

> La page Facebook de Frankie Goes to Point-à-Pitre

> Yakadansé, soirée spéciale au Temps Machine le samedi 14 avril 2018 de 20h à pas d’heure.

> L’album «Plaisir coupable» de Frankie Goes to Point-à-Pitre est sorti en vinyle et en CD sur la label pyrénéen A Tant Rêver du Roi.

Print Friendly, PDF & Email