ArticleChroniquesChroniques-Culture

[Cinéma] Regards #63 BlacKkKlansman – j’ai infiltré le Ku Klux Klan

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

BlacKkKlansman – j’ai infiltré le Ku Klux Klan (Policier, biopic américain)

De Spike Lee

Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace

Grand prix du Festival de Cannes 2018

Tandis que la communauté noire afro-américaine se rassemble et lutte contre la ségrégation raciale qui sévit dans les grandes villes des Etats-Unis, Ron Stallworth se fait embaucher au Colorado Springs Police Department et y devient ainsi, en 1979, le premier officier noir américain. Cantonné à l’administration des archives, Ron nourrit des espoirs ambitieux de monter en grade, et, surtout, de faire bouger les choses, voire de laisser une trace dans l’histoire. Découvrant dans le journal une note concernant le Ku Klux Klan, il entreprend de contacter le réseau national du cercle et entretient alors des conversations téléphoniques avec Duke, le mentor. Pour aller plus loin et enquêter sur le racisme et l’antisémitisme du groupe (qui complote un projet assassin), Ron envoie son double en blanc, Flip Zimmerman (un juif), avec micro-capteurs cachés, pour assister aux réunions nécessitant d’être vu. Ron-Flip va jouer le jeu de devenir un vrai membre du KKK, un pro-blanc, un militant pour une Amérique horrifique.

BlacKkKlansman. Le titre laisse augurer de la trame du film. Un membre du Ku Klux Klan noir … Cet enquêteur infiltré parmi les suprémacistes blancs. Mais il faut le dire d’emblée : malgré l’atrocité du thème, l’ensemble est accessible, léger, drôle, parfois à suspense. Dans sa dimension provocatrice, moqueuse et loufoque, il puise sa force dénonciatrice contre les imbéciles et les haineux (pour preuve, les membres du groupe du KKK passant véritablement pour des demeurés). La tempérance est salvatrice, pour que la colère se fasse finalement mieux entendre, peut-être. La réflexion profonde sur le racisme est le sujet de prédilection des films de l’américain Spike Lee. Ici, il dépeint une enquête policière dynamique, au joyeux décorum seventies (costumes, musique), mise en scène de façon moderne. Tiré d’un roman basé sur des faits réels, écrit par l’autobiographe Ron Stallworth, ce polar militant réussit le tour de force de mêler efficacement son histoire rassurante à la réalité terrifiante. Il provoque ainsi la bonne humeur, mais il interroge sur des ponts entre le passé et le présent américains, sur l’ère Trump, avec le sentiment affreux que le racisme ne connaitra pas d’apaisement.

C’est la révolte au sein d’un film incisif au propos politique féroce et sans concession.

Avec pugnacité, Spike Lee combat l’oppression, la violence et la corruption aux États-Unis. Dès le départ, il n’hésite pas à être frontal dans ses propos, tous lourds de sens. Avec, ainsi, le plan d’ouverture du film sur la Guerre de Sécession, façon Autant en emporte le vent, ou les actions barbares du Ku Klux Klan sévirent. Puis avec le discours infâme prodigué par un prêcheur – Alec Baldwin – sur les « valeurs sacrées blanches protestantes ». Avec le récit d’un vieil activiste noir lors d’une réunion militante. Et avec l’évocation de la Guerre du Viêtnam … Jusqu’à la conclusion du film, terrifiante et percutante.

En 1989, Spike Lee fut le premier Afro-Américain à décrocher une nomination aux Oscars pour le meilleur scénario original de son Do the Right Thing. Depuis Inside man (déjà une histoire d’infiltration), le réalisateur a traversé une décennie sans succès public. Cette année, il est reparti de Cannes avec le Grand Prix du jury pour son film BlacKkKlansman. Quant aux deux acteurs principaux, John David Washington, fils de Denzel, et Adam Driver (Midnight special, Paterson), en binôme black & white, il faut signaler à quel point ils sont excellents.

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet) et aussi dans les cinémas CGR de l’agglomération (toutes les informations utiles sur leur site internet).

Print Friendly, PDF & Email