ArticleChroniquesChroniques-Culture

[Cinéma] Regards #34 Détroit et Numéro une

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

detroit_1

[exif id= »213″]

numero_une

[exif id= »213″]

Cette semaine, coup de coeur particulier à Detroit : « Une claque, un film à ne surtout pas manquer ».

Detroit (Drame, thriller américain)

De Kathryn Bigelow

Avec John Boyega, Will Poulter, Algee Smith 

D’après des faits historiques réels

Interdit aux moins de 12 ans

Alors que la guerre du Viêt Nam sévit depuis douze ans, les Etats Unis connaissent la ségrégation raciale entrainant de violentes émeutes urbaines contre les forces de l’ordre. Dans la ville de Détroit, à l’été 1967, une nuit d’horreur prend pour point de départ des coups de feu provenant de l’Algiers Motel. Parmi les policiers intervenus en masse, trois d’entre eux se livrent à un jeu sadique et sanglant pour extirper des aveux (trouver le tireur) de plusieurs innocents, noirs, présents dans l’hôtel.

L’immersion quasi documentaire du début et de longs plans séquences rendent tout de suite Detroit captivant. L’injustice est autant insoutenable que l’est la tension, amorale, haine raciale cauchemardesque de cette nuit d’hôtel en huis clos. On est enragés, oppressés et dévastés face à cette manipulation tortionnaire. Kathryn Bigelow met magistralement en scène ses témoins et ses bourreaux de manière intense, électrique et catalyseuse, pour une reconstitution époustouflante. Après Démineurs et la traque de Ben Laden dans Zero Dark Thirty, la cinéaste explore un terrain de révolte universelle qui dénonce tout un monde politique. Le film est actuellement un levier des droits civiques aux Etats-Unis (voir les émeutes à Ferguson et plus récemment à Charleston). Et puis, un morceau musical, une voix qui emporte le cri et le cran, pour une longue, éprouvante scène de carnage humain dans laquelle le démon sort de lui-même. Si Detroit est en son démarrage un film de guerre aux allures documentaires, et aboutit sur le procès de trois ordures contre trois vies, son large panel scénique et thématique lui confère l’élégance de la réussite, pied de nez à la monstruosité qui fait si largement réfléchir. Un immense film. Engagé, passionnant, terrassant, essentiel, choc. Monumental.

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet) et aussi dans les cinémas CGR de l’agglomération (toutes les informations utiles sur leur site internet).

Numéro une (Comédie dramatique française)

De Tonie Marshall

Avec Emmanuelle Devos, Suzanne Clément, Richard Berry, Benjamin Biolay, Sami Frey …

Dans un milieu machiste, une cadre sup, Emmanuelle Blachey, travaille pour l’énergie éolienne et se place tout en haut de la barre de son entreprise. Forte de la réussite de son parcours professionnel, elle se voit proposer de prendre la tête d’une boîte du CAC 40, dans une visée féministe à mettre en place et à défendre. Emmanuelle va se heurter à la sphère masculine perfide et toute-puissante.

Quid du galon pris par le féminisme ? En quoi nous parlons-nous de sexisme ? Le propos asservi au film est affligeant de platitude soporifique, rien ne se passe, rien n’avance, tout est mécanique et laborieux. Le personnage, brossé comme un cheveu sur la soupe, qu’est celui interprété par Emmanuelle Devos (droite, morne et bonne élève comme à l’accoutumée) est une pâle esquisse d’une femme visant la réussite. Numéro une (quel titre ridicule) ne fait que survoler la vie professionnelle et intime d’une femme tout sauf visiblement battante. Rien ne surprend. Rien n’est véritablement politique, bureaucratique, dramatique, critique. Il n’y a pas de ton, pas d’élan ni de mordant. Sans rythme ni scénario efficaces, le film de la réalisatrice de Vénus beauté institut aurait été sûrement plus judicieusement traité dans une série tv (idée initialement évoquée par Tonie Marshall).

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet) et aussi dans les cinémas CGR de l’agglomération (toutes les informations utiles sur leur site internet).

Print Friendly, PDF & Email