ArticleChroniquesChroniques-Culture

[Cinéma] Regards #32 Un beau soleil intérieur

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

beau_soleil

Un beau soleil intérieur (comédie dramatique, sentimentale, française)

De Claire Denis

Avec  Juliette Binoche, Nicolas Duvauchelle, Xavier BeauvoisPhilippe Katerine, Bruno Podalydès, Gérard Depardieu, Josiane Balasko …

Scénario de Claire Denis et Christine Angot

Le film a été présenté en Ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2017

Isabelle déplore sa vie amoureuse pour le moins difficile. A 50 ans, divorcée et une fille de 10 ans, elle espère toujours que chaque rencontre soit la bonne. Mais c’est un fait, il semble que c’est en vain qu’elle soit en quête du véritable amour.

Tout commence par une scène magnifique de deux anciens amants peinant à s’aimer et à se donner du plaisir. Le couple divorcé qui voudrait encore y croire. Drôle, aux dialogues intelligents et incisifs qui n’ont de cesse de couler à flots, le film dresse une analyse profonde du rapport amoureux. Le drame laisse place à la légèreté, combinaison que Juliette Binoche, rayonnante en amoureuse déconfite, endosse avec excellence. Son panel de jeu est comme une éclosion parfois séquencée, souvent mouvant à la seconde. Ses variations expressives sont tout bonnement criantes de naturel : du Binoche au sommet de son art. L’œuvre narre la déception, la communication bancale et les incompréhensions qui traduisent les difficultés de l’amour « mature » entre hommes et femme. Car Isabelle (Juliette Binoche) s’entiche, s’amourache, s’enflamme, se brûle et meurtrit son cœur avec les mauvais choix : l’ex aux oubliettes, l’homme marié récalcitrant et pédant, le jeune acteur presque inconsistant, l’inconnu casanier…. Ce film d’auteur féminin, chronique douce-amère dans laquelle on ne s’ennuie pas un instant, doit tout à son héroïne mais également à l’ensemble des acteurs (Nicolas Duvauchelle, comédien hésitant du cœur, Philippe Katerine, empathique client chez le poissonnier, Bruno Podalydès, dragueur galeriste, et, surtout, le grand Gérard Depardieu, en tendre voyant Dieu du savoir…). Si le propos et le casting de grand choix ne suffisaient pas à convaincre de courir en salle, le résumé de pensée serait : Le beau soleil intérieur brille dans les cœurs pendant et après la projection. C’est à voir.

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet).

Print Friendly, PDF & Email