ArticleChroniques-SociétéChroniques

[La bouteille du week-end] Vouvray 2012, brut non dosé François Pinon

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation. 

img_3499

Vouvray 2012, brut non dosé François Pinon

De grandes bulles pour les fêtes de fin d’année ? Oubliez les grandes surfaces et mettez le cap vers le Val de Loire… chez votre caviste !

La dernière « bouteille du week-end » de l’année 2017, à mi parcours entre deux réveillons, c’est forcément une bouteille de bulles !

Avec, comme la semaine dernière, l’envie de consacrer les meilleures bulles de Loire comme de vraies alternatives, intelligentes et goûteuses, aux vins pétillants d’une autre région dont la grande distribution remplit ses têtes de gondole.

Après Montlouis-sur-Loire, je me suis tourné vers Vouvray, l’appellation qui peut se vanter d’avoir été consacrée, à la veille de Noël, par The Wine Spectator qui a retenu un vin de Vouvray parmi les 100 meilleurs vins du monde !

(N’étant pas anglo-saxon, j’ai beaucoup de mal à comprendre ce que signifie un classement des 100 meilleurs vins du monde : comparer un Bordeaux et un Vouvray a peu de sens ! Mais c’est néanmoins une belle consécration pour Vouvray, et les vins de ce palmarès méritent forcément d’être dégustés).

J’ai dégusté le Vouvray 2012, brut non dosé, de François Pinon.

« Non dosé », ça signifie qu’après le dégorgement, aucun sucre n’a été ajouté, alors qu’il est habituel de « doser » les vins effervescents en leur ajoutant une « liqueur d’expédition » plus ou moins sucrée. Ne pas doser le vin effervescent, c’est généralement une preuve de la confiance que le vigneron porte à la qualité de sa vendange : quand les raisins sont bons, le vin est bon et n’a pas besoin du masque que représente souvent l’ajout de la liqueur d’expédition.

On a affaire ici, et c’est un autre gage de qualité, à un vin de 2012 qui a passé 4 ans « sur lattes », ce qui signifie qu’après la prise de bulles en bouteilles il a passé 4 ans au fond d’une cave, les levures étant toujours présentes dans la bouteille. La plupart du temps, cet élevage très long (le minimum exigé pour les vins de Vouvray est d’1 an) apporte de la complexité au cépage chenin.

Les bonnes impressions que j’ai eues en lisant « 2012 brut non dosé » sur l’étiquette ont été largement confirmées à la dégustation !

Au nez, ça sent la brioche, odeur soutenue par quelques notes de fleurs blanches.

En bouche, la bulle caressante est d’une extrême finesse, parfaitement fondue dans le vin. Quelques notes citronnées, et une légère amertume en finale, réveillent la bouche.

Voilà une belle bouteille de réveillon. Sur un carpaccio de Saint Jacques par exemple, ça semble parfait. Mais c’est un vin assez puissant pour s’accommoder de nombreux mets : à l’apéritif bien sûr, mais également sur des fruits de mer ou des crustacés. Il faudra seulement s’interdire de le servir avec un dessert, son caractère brut et tranché ne pouvant pas s’accorder au sucre.

Ce Vouvray 2012 mériterait assurément d’être gardé en cave. Tout laisse à penser qu’il sera encore meilleur dans 5 ans. Mais pour être honnête, je crains d’avoir fini la bouteille avant que ne sonne le douzième coup de minuit !

* Vouvray 2012, brut non dosé François Pinon
55, rue Jean Jaurès
Vallée de Cousse
37210 Vernou-sur-Brenne
Tél. : 02 47 52 16 59
http://www.francois-pinon-vouvray.com

* 16,70 € TTC à La Balade Gourmande

26, place du Grand Marché (place du Monstre)

37 000 Tours

Tél. : 02 47 75 11 65

www.labaladegourmande.com

Sur Facebook : https://www.facebook.com/labaladegourmande/

Print Friendly, PDF & Email