Chroniques-CultureChroniques

Le clip de la semaine : « Nievzsche » de Nivek

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux et en extirpons un clip. Cette semaine découvrez Nievzsche de Nivek.

« Site sous surveillance vidéo ». Avec cette phrase, Yannis Pachaud donne le ton. Celui qui surveille, c’est lui-même. Armé d’un caméscope VHS, le réalisateur du clip construit une galerie de portraits : des personnes de tous âges qui semblent parfois déboussolées. « J’ai voulu aller chercher des plans très serrés avec un zoom, explique-t-il. J’étais à 20-30 mètres des gens, personne ne m’a vu. »
Il se dégage de ces images volées un sentiment de malaise soutenu par une image pixelisée et une lumière terne. Yannis nous place à la fois dans la position du voyeur et dans celle de la victime. C’est l’effet miroir : nous aurions très bien pu nous aussi apparaître à l’écran.

Malgré ces sentiments étranges, l’endroit se veut plutôt accueillant. Il s’agit du centre commercial l’Heure Tranquille aux Deux-Lions. Nivek doit y donner un concert gratuit pendant l’été 2018. C’est seulement la vieille de sa représentation qu’il imagine le clip et appelle Yannis pour le tourner. « Je voulais quelque-chose qui choque un peu, raconte-t-il. Chanter ce texte très sombre dans un centre commercial me paraissait contradictoire. Je trouvais que le décor collait bien, qu’on pouvait raconter une histoire ».
Au final, Nivek semble moins important que les gens qui l’observent. L’artiste lui-même apparaît incertain entre toutes ces grandes enseignes. À la fin de sa chanson, alors qu’il semble la tête ailleurs, il esquisse un sourire « comme un sale gosse un peu content de sa connerie », confie-t-il. Il apparaît surtout naturel, un peu désabusé, dans le rôle du « mec à part » qui rappe ses propres histoires. Des histoires qui font écho à celles des autres.

Cliquez sur l'image pour visionner les clips

Une collaboration qui dure

En 6 ans, Yannis et Nivek ont produit 7 vidéos qui les ont conduit aux quatre coins de l’agglomération : les rives du Cher, Joué-les-Tours, Vernou-sur-Brenne… « On ne se sent pas obligé de faire des productions incroyables, confie Yannis. On développe juste une idée simple et on essaie d’aller jusqu’au bout. On expérimente. »
Avec cette vidéo le duo innove une nouvelle fois : le clip est d’abord diffusé en direct sur facebook en septembre 2018. Il n’en reste plus aucune trace après ça. De cette façon le duo gardait ses distances avec les questions de droit à l’image que soulève le clip. Malgré tout, ils décident de présenter leur travail sur You Tube il y a 3 mois. « On espère que si quelqu’un ne souhaite pas apparaître dans cette vidéo, il viendra nous en parler », lance Yannis.

Print Friendly, PDF & Email