L'actualité Tourangelle à la bonne température
Chroniques-CultureChroniques

[Cinéma] Regards #40 Le musée des merveilles

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.

Le musée des merveilles (Drame américain)

Titre original Wonderstruck (« Emerveillé »)

De Todd Haynes

Avec Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Julianne Moore, Michelle Williams

Adapté du roman éponyme, de de Brian Selznick, publié en 2011

En sélection officielle du Festival de Cannes cette année

Dans le New York de 1927, d’un côté, et de 1977, de l’autre, il y a Rose, et Ben. Deux enfants de douze ans, tous deux sourds, qui arpentent les rues à la recherche de quelqu’un. Rose rêve de rencontrer une grande actrice qu’elle admire, et Ben, de trouver son père inconnu en se rendant au musée d’Histoire Naturelle. Les deux histoires s’entrecroisent visuellement, basculant du noir et blanc des films muets de l’âge d’or américain aux ambiances lookées et funky-groovy musicales des seventies. Quelque chose se cache-t-il derrière ces puzzles narratifs ? Nous avancent-ils vers un (des) destin(s) ? Suivons tous ces petits cabinets de curiosité …

« Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains regardent les étoiles ». La citation d’Oscar Wilde que Ben porte en lui et sur lui révèle l’imaginaire, envoûtant, que deux enfants se façonnent. La fugue de ces derniers est un parallèle avec l’histoire du cinéma, si brillante découverte. Le réalisateur Todd Haynes (Carol –Cate Blanchett et Rooney Mara) livre une jolie chronique enfantine tournoyante au cœur du Musée des Merveilles. C’est une plongée enchanteresse dans la Grosse Pomme (symbole de NY des 70’), un conte à la beauté formelle sidérante (la photo, les tonalités, les maquettes sublimes du musée) souligné d’une bande son magnifique (d’orgues aux sonorités électriques). Néanmoins, on pourra reprocher à ce long-métrage des répétitions, un manque de vitalité, de contenu persuasif et d’émotion prenante. Toute cette beauté et cette aventure s’effacent un peu trop vite de nos mémoires. Wonderstruck est tout de même une ode à l’enfance rêveuse, au passé, à l’apprentissage, à la transmission, à la consolation, à la culture, au Cinéma. C’est un beau, sensible et spectaculaire divertissement.

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet).