ChroniquesChroniques-Société

[La bouteille du week-end] Pouilly-Fumé 2016, Domaine Tabordet

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Pouilly-Fumé 2016, Domaine Tabordet

Je n’ai pas l’habitude de m’aventurer aussi loin de la Touraine. Comme l’écrivait Balzac, un peu mieux que moi, de « ma belle, ma brave Touraine, dont les sept vallées ruissellent d’eau et de vin ». Il y a tellement de jolis vins en Touraine que je pourrais m’en satisfaire toute la vie comme « l’illustre Gaudissart ».

Mais bon… Mon rédacteur-en chef m’a fait jurer de consacrer cette chronique à toute notre belle Loire, du Mont-Gerbier de Jonc à Saint-Nazaire (c’est dans mon contrat). Voilà donc que je dois m’aventurer à l’est, à plus de 200 km de ma belle et brave Touraine, aux portes de la Bourgogne, dans cette commune de Pouilly-sur-Loire.

Pouilly, c’est un ovni viticole ! Un truc à n’y rien comprendre.

Quand on dit Pouilly-Fuissé, ça désigne une AOC de Bourgogne, au pied de la roche de Solutré, rien à voir avec notre Loire !

Notre Pouilly ligérien, c’est la commune de Pouilly-sur-Loire, entre Nevers et Cosne-sur-Loire.

Mais comme pour que le mystère s’épaississe encore, cette commune ligérienne porte deux appellations : l’AOC Pouilly-sur-Loire, à base du cépage chasselas, et l’AOC Pouilly-Fumé, à base du cépage sauvignon, comme chez les voisins de Sancerre.

Un pouilly-fumé, c’est justement ma bouteille du week-end !

Et si à ce stade de la chronique je n’ai pas encore perdu tous mes lecteurs, je risque de voir les derniers disparaître en vous disant toute la vérité sur l’origine de ce mot « fumé ».

Pas simple à expliquer…

A en croire les anciens, le mot « fumé » vient de la pruine qui recouvre les baies de sauvignon et donne l’impression que les grains de raisins ont été fumés. Mais, « en même temps » (comme dirait l’autre !), tous les spécialistes s’accordent à reconnaître à ces vins un caractère « fumé ».

C’est troublant…

Du coup on ne sait plus trop si ce « fumé » vient de l’aspect des raisins ou des arômes du vin. Peu importe : la vérité est dans le verre !

Mon Pouilly-Fumé du Domaine Tabordet présentait bien au nez cette note fumée. Plutôt discrète. Et rien d’autre.

Je l’ai donc carafé pour l’aider à donner le meilleur de lui-même.

Et ça a fonctionné. Après carafage, ça sentait les fruits blancs, comme la poire, et les fleurs blanches.

En bouche, on percevait à nouveau ces notes fumées. Mais surtout un caractère cristallin, une minéralité, comme l’impression de boire à une source de montagne, entre les pierres.

Un vin finalement complexe à décrire, tant il mélange la simplicité de ses premiers arômes et la complexité de ses notes finales.

Sur un poisson grillé, sur une volaille crémée, c’est un vin à se damner !

Même à 200 km de chez nous, notre Loire nous réserve de belles surprises.

Pouilly-Fumé 2016, Domaine Tabordet

Rue du Carroir Perrin
Chaudoux
18 300 Verdigny

Tél. : 02 48 79 34 01

https://www.domaine-tabordet.fr/

* 11,50 € à auTours du Vin
2, rue Gustave Eiffel
37 230 Fondettes

Tél. 02 47 65 00 19

Sur facebook : https://www.facebook.com/autoursdu20/

http://autoursduvin.wixsite.com/autoursduvin

Print Friendly, PDF & Email