ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Partage sec 2016, Vin de France, Franck Breton

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation. 

img_3602

Partage sec 2016, Vin de France, Franck Breton

« Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars ! » nous indique le dicton vigneron qui rappelle que c’est en ce joli mois de mars qu’il est préférable de tailler ses vignes. Ça y est ! Les derniers coups de sécateurs sont en train d’être donnés dans les parcelles du département. La taille est presque partout achevée.

Avec le printemps et la sortie des premiers bourgeons vont revenir les nuits d’angoisse des vignerons.

On s’en souvient, en 2016 et en 2017, ils avaient été durement frappés par le gel. Et jusqu’au début du mois de mai, jusqu’aux fameux « Saints de Glace », ils auront le sommeil léger.

Franck Breton, vigneron à Saint-Martin-le-Beau dans l’appellation Montlouis-sur-Loire est de ceux-là. Entre le 18 et le 27 avril 2016, il aura suffi de 3 nuits de gel pour qu’il perde 90 % de sa récolte. 90 % !!! Bien des entreprises, si elles perdaient en un instant 90 % de leur chiffre d’affaire annuel mettraient la clé sous la porte. Mais Franck n’avait pas envie de baisser les bras ! Comme d’autres vignerons du département, il a voulu trouver une solution. Il est allé chez ses voisins du Maine-et-Loire, épargnés par le gel, pour récolter 2 ha de chenin. Evidemment, comme le vin ne vient pas de ses vignes, il ne peut pas l’appeler «Montlouis-sur-Loire ». Il le vend sous une étiquette de Vin de France. Mais au moins il a pu vinifier, il a du vin à vendre et il peut continuer sa belle aventure professionnelle.

Il a appelé cette cuvée « Partage ». Ça veut tout dire ! Et je ne peux pas cacher l’émotion que j’ai eue à la goûter, en pensant à ces nuits d’angoisse, passées dans le froid, avec les vignerons, en 2016 et 2017…

Mais au delà de l’émotion, l’essentiel, pour le consommateur, c’est la qualité du vin !

A Montlouis-sur-Loire, Franck Breton a développé la notoriété de sa cuvée « Les Caillasses », un chenin sec, minéral et profond. Avec les raisins qu’il a rapportés d’Anjou en 2016, il a réussi à recréer une émotion comparable.

La robe dorée est charmeuse.

Le nez discret est floral. Ça sent les premières fleurs blanches du printemps.

En bouche, le vin est gras, puissant, aromatique. Parmi d’autres, ce sont des notes d’abricot et de pêche qui l’emportent.

Une fois le vin avalé, la persistance aromatique est assez impressionnante.

C’est un beau chenin sec qu’il ne faut pas gâcher à l’apéritif mais qu’il faut inviter à table. Avec une ronde de charcuteries ou un Sainte-Maure de Touraine demi-sec. Ou mieux encore avec des fruits de mer cuisinés, des moules au curry ou des langoustines mariées aux saveurs asiatiques.

En finissant cette jolie bouteille, j’ai pensé très fort à Franck Breton et aux vignerons de Touraine. J’ai touché du bois pour que ce mois d’avril 2018 leur soit clément.

Partage sec 2016, Vin de France, Franck Breton

1 Bis Rue de la Résistance

37 270 Saint-Martin-le-Beau

Tél. : 02 47 50 23 24
http://www.franckbreton-vin-montlouis.com

Sur facebook : https://www.facebook.com/franckbretonmonvigneron/

* 14,25 € à La Part des Anges

Espace Commercial de l’Horloge

22 ter, rue du Maréchal Joffre

37 100 Tours

Tél. 02 47 54 56 64

http://www.lavalleedesvins.com

Sur facebook :

https://www.facebook.com/cavelapartdesanges37

Print Friendly, PDF & Email