ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Coteaux du Layon Saint Aubin 2003, Domaine Cady

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Coteaux du Layon Saint Aubin 2003, Domaine Cady

Vous souvenez-vous de l’année 2003 ? L’année de la canicule ! Il faut croire que la bise sibérienne qui nous glace les os ces jours-ci m’a donné une folle envie de remonter le temps pour me replonger dans l’écrasante chaleur de l’été 2003.

Et en l’absence de machine à remonter le temps, le seul véhicule que je connaisse pour voyager dans le passé, c’est l’escalier d’une cave à vins !

Ouvrir une bouteille de 2003, vieille de 15 ans, c’est se replonger dans l’été caniculaire.

Surtout quand on ouvre un moelleux, en l’occurrence un Coteaux du Layon Saint Aubin, vin élaboré avec des raisins concentrant un maximum de sucres.

Il faut au minimum 221 grammes de sucre par litre de jus de raisin au moment de la vendange pour élaborer un Coteaux du Layon. Pour avoir le droit d’ajouter le nom de la commune après l’AOC, comme c’est le cas de ce Saint Aubin, le minimum monte à 238 g/litre. Et dans les grandes années de soleil comme 2003, ces minima sont largement dépassés ! Faut-il rappeler qu’aucun autre fruit que le raisin n’est capable de concentrer dans ses baies de telles quantités de sucre…

Je ne suis pas adepte cependant des vins trop sucrés. Mais la présence de sucres résiduels peut-être contrebalancée par l’acidité et la structure du vin. C’est pour cette raison que j’ai parfaitement apprécié cette cuvée.

Au premier nez, on est séduit par la caresse d’un abricot. En laissant le vin s’aérer, on perçoit également des notes d’épices qui traduisent le vieillissement de ce grand chenin.

En bouche, le sucre apporte beaucoup de douceur mais il n’est pas envahissant. L’équilibre se fait avec l’acidité. Le vin donne même l’impression d’un caractère salin qui fait saliver et garde la bouche fraîche. Aux fruits jaunes s’ajoutent des notes de caramel au beurre salé.

On garde longtemps en bouche les aromes fruités et mûrs de ce vin.

Après 15 ans de garde, la bouteille semble aujourd’hui à parfaite maturité même si on peut parier qu’elle pourra encore se bonifier dans les années à venir.

Parfait à l’apéritif ou pour finir la soirée, Je vous conseille de tenter, si vous êtes audacieux, le mariage parfait avec une fourme d’Ambert.

* Coteaux du Layon Saint Aubin 2003, Domaine Cady

Valette

49190 Saint Aubin de Luigné

Tél. : 02 41 78 33 69

http://www.domainecady.fr

Sur Facebook :

https://www.facebook.com/Domaine-Cady-1600238363592871/

* 17,80 € à la Reserve – Epicerie
84, rue Colbert
37000 Tours

Tél. : 09. 84.45.93.09

Sur Facebook :
https://www.facebook.com/epiceriefinelareserve/

Print Friendly, PDF & Email