A la uneCulture

Un Bateau Ivre ouvert à toutes les cultures

31 artistes et compagnies se produisant, 1781 participants dans le public au long des 4 jours. L’inauguration du Bateau Ivre a été une belle réussite la semaine dernière, dévoilant un peu plus l’âme de ce lieu culturel historique mais aussi d’un nouveau genre à Tours…

 

Pas de gros feu d’artifice, mais une succession de traversées covid-compatibles, de 100 places à chaque fois, c’est ce que proposaient les membres du Bateau Ivre nouvelle version, pour la réouverture de la salle de la rue Edouard Vaillant, 10 ans après que le rideau y ait été baissé. Des traversées de deux heures dans le nouveau Bateau Ivre, avec à la barre l’ubiquiste capitaine Franck Mouget, présentant les lieux, l’histoire, les artistes qui foulent de nouveau ce haut lieu de la culture tourangelle. A ses côtés, de nombreux marins sociétaires du Bateau, à l’accueil, au bar, entouré des salariés recrutés pour faire tourner le lieu (4 au total)… Car le Bateau Ivre est une aventure collective avant tout, cela a été répété tout au long des 4 jours. « Il ne faut pas parler de « vous », mais dire nous » a insisté à chaque prise de parole Franck Mouget.

L’Ensemble Consonance a joué dimanche matin

Ce « nous », c’est bien plus que de simples mots, puisque le fonctionnement des lieux est pensé comme tel. L’aventure Ohé était une aventure collective rare, quelque-chose d’unique, le lieu le sera d’autant plus. Ici, pas de programmateur attitré pour définir une saison complète. Le lieu est ouvert et chacun peut le réserver pour proposer un spectacle, un concert ou un temps culturel ou encore de venir « pirater » le café-culturel les soirs où il n’y a rien de programmé à l’avance. A chacun de le prendre en main et de lui donner un morceau de son identité.

Une prise en main par un collectif aujourd’hui puissant de plus de 1800 sociétaires, source d’ouverture et de pluridisciplinarité. C’était en tout cas le sens du message envoyé par cette inauguration de 4 jours. Selon les traversées, le public a ainsi pu assister à des concerts de rock, de jazz, de la musique baroque, mais aussi du théâtre, de l’improvisation, du slam, de la lecture, de la samba…  Le Bateau Ivre est ouvert à tous et à tous les goûts. Et s’il faudra attendre encore un peu en raison de cette fichue pandémie pour pouvoir en apprécier tous les sens (pour l’heure, l’espace est limitée à 100 places assises en mode cabaret), l’esprit est lui déjà bien là, incarné par sa charte graphique en forme de bateau en origami avec ses différents points cardinaux reflétant des traits d’union entre les différentes disciplines artistiques. Un trait d’union qui se veut aussi avec le territoire, à l’instar de l’exposition « Mon Sanitas » qui a l’honneur d’être la première affichée dans la salle avec ses 112 photos prises par autant de photographes amateurs différents et retraçant autant de points de vue différents sur ce quartier situé de l’autre côté de la passerelle Fournier.

Ouvert sur la ville et ouvert sur toutes les cultures. Ainsi sur les mois d’octobre et de novembre, il y aura du slam (dès jeudi soir avec la Meute Slam)), des concerts (cela débute vendredi avec les Tourangeaux Astray Astonauts), une session Jam (jeudi 22 octobre) ou encore de l’impro (Tours Impro Club jeudi 29 octobre), un apéro Radio Béton (vendredi 06 novembre), une soirée du festival Emergences (vendredi 13 novembre), les 10 ans de l’association Goat Cheese orientée punk-rock … Bref une programmation déjà riche et variée qui ne demande qu’à s’affiner et s’affirmer au fil des semaines et des mois à venir.

Photos : Claire Vinson

Print Friendly, PDF & Email